Question:
Un manuscrit que j'ai évalué m'a donné une idée d'article, je ne sais pas trop comment procéder
Koldito
2014-06-13 17:49:04 UTC
view on stackexchange narkive permalink

La semaine dernière, j'ai donc rédigé un article pour un journal. L'article en question est une réponse à un article précédent d'un auteur différent: il signale un problème sérieux dans l'article original et propose ensuite une solution. L'évaluation que j'ai renvoyée aux éditeurs est que, bien que le problème soit réel (dans la mesure où un chercheur différent l'a identifié indépendamment), il y a un certain nombre de raisons pour lesquelles la solution proposée ne fonctionnera pas.

Au cours du week-end, j'ai recommencé à réfléchir au papier en question et j'ai soudain réalisé que je savais comment résoudre le problème (en un mot: vous devez utiliser une technique développée à l'origine pour résoudre une classe légèrement liée problèmes, mais que personne n'avait encore pensé appliquer à ce domaine particulier). En ce moment, j'ai un tas de pages de cahier manuscrites avec tout ce dont j'ai besoin pour écrire un article, et tout ce qu'il me reste à faire est de trouver quelques heures pour m'asseoir devant mon ordinateur et le taper correctement.

La question est: comment dois-je procéder maintenant? D'une part, étant donné que j'ai développé ma propre solution, je ne plagie pas l'article que j'ai référencé (en fait, j'ai l'intention de lui attribuer le mérite d'avoir découvert le problème). D'un autre côté, si on ne m'avait pas demandé d'arbitrer cet article, je n'y aurais pas suffisamment réfléchi pour trouver ma propre solution. Plus généralement, dans quelle mesure est-il acceptable d'écrire un article qui s'appuie directement sur un article que l'on vous a demandé d'arbitrer?

Existe-t-il une pré-impression du document disponible, ou de toute autre manière comment vous auriez pu en savoir plus sur leur travail en plus d'être arbitre?
Je ne sais pas pourquoi vous pensez que c'est un cas spécial? Si vous aviez lu l'article en pré-impression et que vous aviez proposé la même idée, auriez-vous alors un problème? Je ne sais pas où se situe le problème?
Le problème réside dans l'idée que vous ne pouvez pas citer une source non publique. S'il y avait une pré-impression sur le Web, vous pouvez la citer comme source de votre inspiration, même si la pré-impression s'est avérée erronée. En revanche, vous avez un devoir de confiance dans un article que vous recevez pour révision. Cela n'existe pas vraiment en dehors du processus d'examen.
@JackAidley: Il y a aussi le souci éthique que l'OP a donné ce qui équivaut à une évaluation négative de l'article (une évaluation mesurée, mais la façon dont ces choses fonctionnent, on suppose que le journal ne le publiera pas), mais en même temps, l'article a tourné être - quelque peu indirectement - d'une valeur réelle * pour lui *. Je pense que son instinct de se demander comment se comporter honorablement ici est bon.
Pour être sûr: dans des situations similaires, je me suis demandé s'il y avait un conflit d'intérêts poussant l'auteur à rejeter l'article pour publier le sien.
Trois réponses:
#1
+74
Nate Eldredge
2014-06-13 21:01:46 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Je pense qu'il y a deux questions auxquelles il faut d'abord répondre.

  • Est-il important pour vous (par exemple pour des raisons de carrière) de publier en solo, ou envisageriez-vous de publier avec l'autre auteur? Gardez à l'esprit que la publication conjointe peut avoir des avantages supplémentaires: vous pourriez trouver ensemble une solution encore meilleure ou mener à de futures collaborations sur d'autres projets. Ou ne vous souciez-vous pas du tout d'obtenir du crédit?

  • Le manuscrit est-il public? A-t-il été posté en pré-impression sur arXiv ou un serveur similaire, ou sur le site Web de l'auteur, etc?

Selon les réponses, il y a quelques cas:

  1. Vous ne vous souciez pas d'obtenir du crédit. Écrivez votre rapport sur le papier: "L'approche des frobotzim agrobares via l'analyse PDQ est irréalisable à cause de foo, bar et baz. Cependant, cela pourrait être résolu en utilisant l'analyse QPM à la place. [Esquissez votre idée ici.] En attendant ce correctif [et toute autre révision suggérée], je recommande l'article pour publication. " Attendez-vous à ce que, lorsque l'article sera publié, il y aura une reconnaissance: "Nous remercions le référent anonyme d'avoir suggéré l'approche utilisée dans la section 5."

  2. Vous voulez publier conjointement. Contacter l'éditeur: "L'approche de l'auteur des frobotzim agrobares via l'analyse PDQ est irréalisable, et en tant que telle, je ne peux pas recommander l'article pour publication tel quel. Cependant, j'ai quelques idées sur la façon de résoudre le problème , et je serais intéressé à collaborer avec l'auteur pour les élaborer. Seriez-vous prêt à me mettre en contact avec elle? "

    1. L'éditeur dit oui. Super!

    2. L'éditeur dit non et le manuscrit est public. Soumettez votre rapport en soulignant les failles et en recommandant le rejet. Après un intervalle décent, contactez l'auteur: "J'ai vu votre pré-impression et j'ai eu une idée pour améliorer les résultats en utilisant l'analyse QPM. Seriez-vous intéressé à travailler ensemble?" Les opinions varient sur la question de savoir si vous devez révéler que vous étiez l'arbitre; il est possible que l'auteur devine de toute façon.

    3. L'éditeur dit non, et le manuscrit n'est pas public, mais vous savez qui est l'auteur. Soumettez votre rapport en soulignant les failles et recommandant le rejet. La prochaine étape est un peu controversée. Certains diront que vous devriez attendre qu'elle soit publique, afin de ne pas briser l'anonymat du processus d'examen. D'autres pensent qu'il est bon de se révéler et de contacter directement l'auteur pour suggérer une collaboration. Je ne sais pas quoi dire ici.

    4. L'éditeur dit non, et le manuscrit n'est pas public, et vous ne savez pas qui est l'auteur (double- révision à l'aveugle). Vous n'avez pas d'autre choix que d'attendre que le manuscrit soit rendu public (peut-être jusqu'à ce qu'il soit publié ailleurs), car c'est la seule façon de trouver l'auteur et de suggérer une collaboration. Si vous pensez que vous devriez renoncer à trouver l'auteur et publier en solo à la place, voyez ci-dessous.

  3. Vous voulez publier en solo . Rédigez et soumettez votre rapport. Maintenant, le manuscrit est-il public?

    1. Le manuscrit est public. Vous pouvez rédiger votre article, en citant la pré-impression de l'autre auteur et en lui attribuant le mérite d'avoir remarqué le problème. C'est éthique, mais si vous rencontrez l'auteur lors d'une conférence, ne vous attendez pas à ce qu'elle vous achète une bière: elle espérait résoudre ce problème mais vous l'avez battue.

    2. Le manuscrit n'est pas public. Vous ne pouvez pas continuer. En tant que critique, vous avez reçu le manuscrit en toute confidentialité, et rédiger un article solo sur cette base reviendrait à profiter injustement de cet accès. Vous devez attendre que la pré-impression apparaisse publiquement. (Cela peut être quand il est publié dans une autre revue, ou peut-être jamais.) Il est possible qu'entre-temps, l'auteur découvre votre solution de manière indépendante; ce sont les pauses. Ce serait le moment idéal pour reconsidérer la recherche d'une création conjointe.

Dans le cas 2, si votre champ a une notion de «premier auteur» , ce serait quelque chose que vous auriez besoin de négocier avec l'autre auteur, en fonction des normes de votre domaine. (Le mien utilise presque exclusivement l'ordre alphabétique, donc ce problème ne se poserait pas.)

Je pense que la moralité de cela dépend aussi quelque peu de l'ancienneté. Si l'arbitre est plus ancien que l'auteur, alors 1 est certainement la bonne chose à faire, et 3.1 serait assez contraire à l'éthique.
@NoahSnyder Pourquoi l'ancienneté joue-t-elle un rôle dans cela? Si l'OP est un post-doc ou un assistant prof et que l'auteur original est un doctorant, le choix éthique est de donner au jeune auteur une idée centrale pour un article? Je ne suis pas convaincu. Dans l'ensemble, je pense que * tout ce qui précède * est correct du point de vue de l'éthique de la recherche. Cependant, 3.1 peut en effet ne pas vous faire d'amis. J'essaierais de faire fonctionner 2.X.
Btw., Super-bon résumé d'un problème complexe! +1
@xLeitix: Il est assez courant en mathématiques pures de concurrencer un étudiant diplômé d'être considéré comme contraire à l'éthique. On s'attend à ce que les étudiants diplômés travaillent sur des projets indépendants, et faire pression sur eux pour qu'ils collaborent ou co-auteurs pourrait nuire à leur carrière (en donnant l'impression qu'ils n'étaient pas capables de travailler de manière indépendante). Quant à leur donner une idée, ils devraient certainement la créditer à l'arbitre. Mais transformer l'idée en article est généralement un projet beaucoup plus substantiel que de simplement proposer l'idée, à moins que ce ne soit une idée incroyable ou un article médiocre, donc ce n'est peut-être pas un cadeau déraisonnable.
@AnonymousMathematician Intéressant! Comment décidez-vous si vous êtes en concurrence avec un doctorant? Pour autant que vous sachiez, pour chaque problème sur lequel vous travaillez, il peut y avoir un étudiant diplômé quelque part juste une étape avant une solution.
@xLeitix: Oui, des accidents se produisent certainement. On s'attend principalement à ce que si vous savez qu'un étudiant diplômé travaille sur quelque chose, alors commencer à travailler vous-même serait contraire à l'éthique (alors que ce serait peut-être impoli mais éthique si vous étiez en concurrence avec quelqu'un de plus âgé). Il y a certainement des limites à cela: si un étudiant diplômé annonce son intention de résoudre l'hypothèse de Riemann, ce n'est pas pris au sérieux. Une façon dont cela fonctionne dans la pratique est que le conseiller va dire aux experts "Mon élève Alice essaie de faire X." (pour essayer d'éviter les accidents).
Merci @Nate Eldredge: pour la réponse très utile. Je vais opter pour l'option 2.3, ce qui est à peu près le cas. Je n'aime pas l'option 1 parce que c'est une chose de faire allusion à une certaine façon de faire les choses et une chose très différente d'écrire un article entier pour une autre personne et d'y faire figurer ensuite son nom. Nous avons tous les deux à peu près le même niveau d'ancienneté et c'est l'une des personnes auxquelles je veux que mon nom soit associé. Donc, c'est une publication conjointe.
@Koldito: Je ferais attention à 2.3. Si l'éditeur refuse de vous mettre en contact avec l'arbitre, alors l'éditeur peut penser que cela est contraire à l'éthique (dans lequel continuer et le faire de toute façon pourrait être un problème). 2.1 et 2.2 sont beaucoup moins chargés sur le plan éthique.
Mon conseiller m'a raconté un problème que j'ai résolu et transformé en une partie d'une thèse. (En même temps, un autre chercheur a proposé une solution indépendante, mais ce n'est pas le problème.) Le problème était évidemment inspiré d'un article qu'il examinait, et les auteurs de cet article ont par la suite accueilli favorablement ma solution. Aucune discussion sur l'identité de l'arbitre n'est jamais parvenue à mes oreilles. Je soupçonne qu'ils s'en fichaient. Si quelqu'un s'en souciait, au tribunal, votre avocat pourrait vous demander de "plaider le cinquième" et dire au jury que vous l'avez appris de l'arbitre lui-même, dont vous protégez l'identité pour d'autres raisons.
#2
+6
user40480
2014-06-13 22:28:10 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Co-auteur ... jusqu'au bout. Mais ne lui demandez pas s'il veut être co-auteur après avoir terminé l'article à 100%, car alors vous ne demandez pas vraiment, vous lui dites. Ce qui est généreux, c'est vrai ... mais d'une manière supérieure.

C'est un bon point. En tant qu'auteur, je serais beaucoup plus heureux qu'on me demande: «Aimeriez-vous travailler avec moi sur l'idée suivante? J'ai des résultats préliminaires prometteurs, alors peut-être pourrions-nous rédiger un article commun. que dit "J'ai décidé de travailler moi-même sur le problème et j'ai fini d'écrire un meilleur article. Dois-je y ajouter votre nom aussi?"
#3
+4
brechmos
2014-06-13 18:08:22 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Vous avez vraiment trois options: 1) n'écrivez pas un article (ok, pas une option), 2) écrivez-le vous-même (je ne pense pas que ce soit une bonne option), ou 3) écrivez-le avec le autre personne en tant que co-auteur. Cela dépend un peu de la manière dont votre champ attribue la paternité.

Voici ce que je pense que je suggérerais. Rédigez le document et, lorsqu'il est pratiquement terminé, envoyez un courriel à l'auteur du document que vous avez examiné et faites-lui savoir que vous avez trouvé une solution et que vous avez écrit un article dessus. Offrez-leur la paternité de votre article, puis envoyez-leur votre article avec un calendrier indiquant quand vous contacter.

De cette façon, vous ne brûlez pas de ponts et vous êtes collégial. Ensuite, ils peuvent décider s'ils veulent être sur le papier ou non.

C'est une position difficile mais étant donné que leur article vous a fait réfléchir, il est probablement préférable de leur demander s'ils aimeraient être un auteur.

D'ailleurs, si vous êtes étudiant, discutez-en avec votre superviseur. :-)

Vous ne leur offririez pas la paternité si leur article était publié et que vous vous en inspiriez; pourquoi devriez-vous simplement parce que leur article n'est pas publié?
Parce que vous avez examiné leur article et l'avez abattu. :-)
Cela n'a rien à voir avec la paternité
Cela dépend beaucoup de la situation, mais si vous rejetez un article puis le publiez sur le même sujet, il pourrait être considéré comme non collégial. Dans mon domaine, au moins, les premiers et derniers auteurs sont les plus importants. Celui qui rédige l'article obtiendra le premier auteur (dans mon domaine) et offrir une paternité intermédiaire ne coûte rien mais pourrait être bénéfique. Cela dépend de la manière dont la paternité dans le domaine du PO est attribuée.
Pourquoi ne pas tout faire ensemble? Envoyez-leur un e-mail pour leur dire que vous savez comment résoudre le problème et proposez de le résoudre ensemble.
Cela dépend de la manière dont la paternité se déroule dans le domaine de l'OP et de la collégialité de l'auteur original. Si l'OP a déjà trouvé la solution, mon sentiment est que l'OP devrait rédiger la majeure partie de l'article, puis contacter l'auteur original. Si l'OP a seulement "une idée de la manière de trouver la solution" mais pas la solution, alors, bien sûr, peut-être contacter l'auteur original et discuter de la façon dont ils pourraient la résoudre. Mais il semble que l'OP ait la solution. C'est un équilibre, pas de question ici.
@Steve Pour jouer un peu l'avocat du diable: N'est-ce pas tout indépendant de savoir si Koldito était un critique ou non? Si le travail effectué en * identifiant * le problème vaut un article (je peux penser à pas mal de problèmes là où c'était le cas), il devrait être publié. Si Koldito offrait la co-rédaction à quelqu'un après avoir lu cet article publié, il devrait le faire même si ce n'est pas le cas. De plus, comment la co-rédaction fonctionnerait-elle ici? Cela semble se résumer à "Hé, j'ai lu votre article et j'ai décidé de travailler moi-même sur le problème et je l'ai résolu. Dois-je ajouter votre nom à l'article fini?".
@Steve Je suppose que l'article se concentrerait davantage sur la solution réelle, car il existe déjà un autre article montrant que le papier original est défectueux. Résumer cela nécessiterait certainement une citation et citer des travaux non publiés est toujours compliqué, mais s'agit-il vraiment d'une co-auteur? Pour être complètement hyperbolique ici (il est 4h du matin, si cela compte comme une excuse :-)): Wiles a certainement lu quelques récits du dernier théorème de Fermat à partir duquel il a eu l'idée de travailler sur le problème, mais lui donner l'idée ne serait pas vraiment qualifier pour la co-auteur - il a probablement cité la source cependant.
@Steve C'est ainsi que j'ai interprété "alors que le problème est réel (dans la mesure où un chercheur différent l'a identifié indépendamment)". Si une grande partie du document prouve cette hypothèse, je conviens que cela changerait la question.
@Voo: ah, mon erreur alors. J'ai interprété "points" comme signifiant que cela était original, je n'ai pas vraiment chronométré que la confirmation indépendante était déjà publiée avant l'arrivée de cet auteur ...


Ce Q&R a été automatiquement traduit de la langue anglaise.Le contenu original est disponible sur stackexchange, que nous remercions pour la licence cc by-sa 3.0 sous laquelle il est distribué.
Loading...