Question:
Comment puis-je mettre mon travail à la disposition de la communauté, lorsqu'il s'agit de actes de conférence qui ne sont pas en ligne et que l'auto-archivage n'est pas autorisé?
MBK
2016-12-20 10:56:28 UTC
view on stackexchange narkive permalink

J'ai deux articles publiés dans un compte rendu de conférence qui ne sont pas accessibles sur Internet. L'éditeur a publié trois articles sélectionnés dans des revues SCI, mais le reste des articles n'est disponible en ligne sur aucun type de plate-forme à l'exception de la liste des titres, qui a été publiée au moment de la conférence.

I veulent auto-archiver l'article dans une bibliothèque publique (Arxiv etc.) mais l'éditeur de la conférence a refusé et a déclaré que les droits d'auteur appartiennent à l'éditeur et que je ne peux le rendre disponible sur aucune autre plateforme.

Dans une situation donnée, comment puis-je mettre mon travail à la disposition de la communauté de recherche?

C'est vraiment bizarre. Ils gardent le droit d'auteur sur un tas d'articles qu'ils se débarrassent simplement?
Vous voudrez peut-être vérifier s'il y avait des clauses dans le transfert de droits d'auteur à propos de la publication effective du document (je ne me souviens pas si c'est quelque chose que l'on trouve couramment dans de tels accords).
Ce n'est pas inhabituel dans certains domaines (comme les mathématiques appliquées). Cependant, il est également courant d'afficher les règles en publiant une pré-impression sur l'arXiv (de préférence avant de la publier dans les actes de la conférence) ou simplement en affichant une pré-impression sur sa page Web personnelle. Ma propre approche consiste simplement à éviter les actes de conférence, car ils sont notoirement difficiles d'accès.
@TobiasKildetoft, malheureusement, j'ai perdu le bon fichier de copie.
@MBK Demandez à l'éditeur une copie de l'accord. Ils sont tenus de vous le fournir.
Une note si vous êtes basé dans l'UE: je pense qu'en vertu des lois de l'UE, l'auteur ne peut pas céder ses droits d'auteur.
@valentin Pourriez-vous essayer de trouver des références pour cette affirmation? J'aimerais lire à ce sujet (et j'avais déjà signé les droits d'auteur pour de nombreux textes au sein de l'UE).
@Dirk: peut-être que cela vous aidera: http://ec.europa.eu/internal_market/copyright/docs/studies/etd1999b53000e28_en.pdf et http://ec.europa.eu/internal_market/copyright/docs/studies/etd2000b53001e69_en.pdf
@valentin Merci pour les liens. D'après ce que je vois, les deux documents rassemblent toutes sortes d'informations sur les droits moraux et leur relation avec le droit d'auteur dans divers pays de l'UE. Ma conclusion est que 1) les deux ne sont pas les mêmes en général 2) la situation est diverse au sein de l'UE et je n'ai pas non plus pu trouver d'affirmation selon laquelle on ne peut pas signer le droit d'auteur.
Cela provient de wikipedia (https://en.wikipedia.org/wiki/Copyright_law_of_the_European_Union), mais il existe néanmoins une limitation à la loi sur le droit d'auteur pour la reproduction par les bibliothèques, les archives, les institutions publiques à des fins non commerciales. Peut-être que vous pouvez marcher dessus pour avoir vos articles disponibles ailleurs. La plupart des réponses ci-dessous semblent diriger vers le plagiat, ce qui n'est probablement pas ce que vous voulez faire ...
En outre, les institutions ont souvent des avocats qui peuvent vous aider sur les questions de droit d'auteur, de licence et d'autres questions juridiques. Peut-être devriez-vous d'abord les contacter, car ils ont l'expertise pour vous conseiller correctement et ils peuvent traduire les documents que vous avez signés dans notre langue commune
@Dirk, d'après ma compréhension, dans l'UE, en tant qu'auteur, vous détenez les droits d'auteur et vous pouvez accorder des licences d'utilisation ou de faire valoir vos droits.
@valentin: Vous pouvez très certainement transférer des droits d'auteur dans l'UE. Cependant, selon le pays de l'UE dans lequel vous vivez, vous ne pourrez peut-être pas renoncer à certains ["droits moraux"] (https://en.wikipedia.org/wiki/Moral_rights), comme le droit d'être reconnu comme l'auteur de l'œuvre.
Cinq réponses:
#1
+45
ff524
2016-12-20 11:21:21 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Il s'agit d'une situation difficile. Si vous avez cédé les droits d'auteur à l'éditeur, vous ne pouvez pas légalement redistribuer l'œuvre sans l'autorisation de l'éditeur. Je suppose que vous ne saviez pas que la politique de l'éditeur était si restrictive lorsque vous avez soumis l'article pour la première fois; vous voudrez peut-être vous faire une note pour examiner de plus près les droits d'auteur avant de soumettre, à l'avenir! (Et avertissez vos amis et collègues de cet éditeur.)

Le droit d'auteur protège l'expression des idées (par exemple le texte et les images), pas les idées elles-mêmes. Même si vous avez renoncé aux droits d'auteur de votre article, vous êtes libre * d'écrire un nouvel article sur les mêmes idées, en utilisant de nouveaux textes et images. Donc, je suggère:

  • Rédigez une nouvelle version de votre article, sans copier directement de grandes parties de l'article de la conférence mot pour mot. Cela peut être une version beaucoup plus courte. Ajoutez-y une note indiquant que la version des actes de la conférence est disponible sur demande; indiquez votre adresse e-mail afin que les gens puissent vous contacter pour une copie.
  • Vous êtes propriétaire des droits d'auteur de cette nouvelle œuvre. Publiez-le sur votre site Web, sur arXiv, partout où vous le souhaitez.

De cette façon, les gens peuvent toujours en apprendre davantage sur le contenu du document de la conférence et peuvent vous contacter s'ils le souhaitent envoyez la version complète, que vous ne pouvez pas redistribuer en ligne.


* Gratuit, dans le sens où aucune restriction de droits d'auteur ne s'applique. Cependant, en termes de normes éthiques sur la publication en double, si vous souhaitez publier un nouvel article basé sur les mêmes idées dans une autre conférence ou une autre revue, assurez-vous que le nouveau lieu le permet.

* Le droit d'auteur protège l'expression des idées (par exemple le texte et les images), pas les idées elles-mêmes. * Est-ce universel dans l'édition académique?
@Orion Ceci est universel dans le droit d'auteur.
@Orion se souvient (et c'est une confusion courante sur ce site) que la loi sur le droit d'auteur et la convention académique sont presque entièrement sans rapport.
#2
+19
J Fabian Meier
2016-12-20 14:23:44 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Si vous travaillez encore sur le sujet, je vous suggère d'attendre un peu jusqu'à ce que vous ayez une version améliorée de vos résultats (si cela est possible - probablement plus facile en sciences appliquées qu'en sciences pures). Ensuite, il est plus facile d'écrire un nouveau papier dans lequel vous répétez essentiellement les résultats de l'ancien papier (pas textuellement, mais dans une présentation différente, peut-être aussi améliorée), citez l'ancien papier et montrez vos nouveaux résultats.

De cette façon, vous évitez d'avoir une "double publication", mais pouvez montrer vos résultats au monde entier.

Comment citer quelque chose qui n'existe nulle part (en ligne)?
@Coder Vous devriez éviter de citer des sources non publiées, mais il est courant de citer des sources qui n'existent qu'en version imprimée. Ils sont souvent mis à la disposition des universitaires grâce à un prêt entre bibliothèques.
@Coder: Je trouve votre commentaire assez étrange.Vous savez que la pratique de citer des articles académiques est antérieure à Internet de quelques centaines d'années et qu'aujourd'hui encore la majorité des articles académiques du monde ne sont pas disponibles en ligne?
#3
+6
Dirk
2016-12-21 02:44:37 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Ce que vous faites en ce moment, c'est d'écrire un article de blog sur l'article. Vous pouvez citer le titre et donner les données bibliographiques complètes de la soumission de la conférence pour aider les moteurs de recherche à la trouver et vous ne devriez pas copier l'article textuellement mais réécrire l'histoire avec de nouveaux mots. Ce dernier est de toute façon une bonne idée car les gens attendent des textes différents sur un blog que dans un article scientifique.

#4
+5
Ivana
2016-12-21 04:14:40 UTC
view on stackexchange narkive permalink

En informatique, il est courant de rendre des pré-impressions d'articles disponibles en ligne. Il s'agit essentiellement du même article, mais dans la version antérieure aux commentaires des critiques (le cas échéant) et sans le style des éditeurs.

J'ai également vu cela en sciences cognitives. Parfois, un paragraphe en jargon juridique est ajouté à l'effet que la version actuelle est une pré-impression, qu'elle peut différer de la version publiée et que seule la version publiée doit être citée.

Voir par exemple: http://eprints.qut.edu.au/7021/1/7021_2.pdf

Voir aussi l'entrée wikipedia pour 'Preprint'.

Si vous avez signé le droit d'auteur de l'œuvre, les pré-impressions d'auto-archivage ne sont autorisées que si l'éditeur le permet; dans ce cas, l'éditeur semble avoir une approche restrictive des droits d'auteur.
Jaywalking n'est pas non plus «autorisé». Postez simplement l'article déjà.
Je suis d'accord avec le commentaire d'@JeffE's.S'il est utile de savoir ce qui est légal, il pourrait aussi être une erreur de prendre ces règles trop au sérieux.En pratique, essayez de faire quelque chose qui n'est pas manifestement flagrant et voyez ce qui se passe.Si l'éditeur vous contacte et vous demande de le retirer, vous pouvez partir de là.Les éditeurs universitaires ne sont pas devenus riches en poursuivant des universitaires, comme ils le savent bien.Ne pas essayer de mettre une version de l'article en ligne pourrait faire beaucoup plus de tort à vous et au reste du monde académique.
#5
+1
Paul Smith
2016-12-21 18:06:41 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Techniquement, on dirait que vous ne pouvez pas parce que ce n'est plus votre travail.

Je vous suggère de revenir en arrière et de lire ce que vous avez signé très, très attentivement, puis de l'apporter au service juridique de l'institution qui a financé votre travail. Ils conservent généralement une participation dans le travail qu'ils financent et si vous êtes très chanceux, il se pourrait bien que ce ne soit jamais votre travail au départ et que vous n'aviez pas le droit de céder tous les droits d'édition. Cela pourrait rendre le contrat de l'éditeur nul (ou une partie de celui-ci de toute façon) permettant à l'œuvre d'être republiée ailleurs.

À défaut, éloignez-vous des doigts brûlés et des leçons apprises.

"Ils conservent généralement une participation dans le travail qu'ils financent et si vous êtes très chanceux, il se pourrait bien que ce ne soit jamais votre travail au départ et que vous n'aviez pas le droit de céder tous les droits d'édition."Découvrir que mon article publié "n'a jamais été [mon] travail en premier lieu" ne serait pas chanceux;ce serait un scénario de cauchemar.
* Techniquement * le PO * peut * mettre une version provisoire du travail sur sa page Web.Il se peut que la société d'édition s'y oppose plus tard.Qu'une société d'édition fasse quelque chose de plus sévère que de dire à l'OP qu'elle ne veut pas faire d'autres affaires ensemble me semble tellement improbable que le prétendre sans preuve spécifique du contraire semble être un mauvais conseil.
D'un autre côté, la republication ailleurs semble hors de question au regard des normes éthiques académiques: l'article a déjà été publié dans un seul lieu.Certaines personnes conservent les droits d'auteur de leurs propres articles lors de la publication;cela ne rend certainement pas la double publication académiquement légitime.
@PeteL.Clark - Le cauchemar de l'OP est pire que ce que vous avez imaginé.Ils ne le possèdent pas, ils ne peuvent en parler à personne et ils ne peuvent pas le reproduire.Cependant, si le PO ne le «possédait» pas purement et simplement (c'est-à-dire que son bailleur de fonds conservait un intérêt), alors le PO n'aurait pas pu légalement perdre tout contrôle sur les papiers comme il le fait actuellement.Cela signifie que le bailleur de fonds peut toujours avoir le droit de publier l'œuvre afin que d'autres puissent en bénéficier au lieu de l'enfermer dans un trou noir.
"[L] hé ne peut en parler à personne."Je n'ai aucune idée de ce dont vous parlez.Vous n'avez pas répondu: "Qu'une maison d'édition fasse quelque chose de plus sévère que de dire au PO qu'elle ne veut pas faire plus d'affaires ensemble me semble tellement improbable que le prétendre sans preuve spécifique du contraire semble être un mauvais conseil."De plus, l'OP conserve les * droits intellectuels sur l'œuvre * puisque ces droits ne peuvent pas être transférés.
Si l'OP voulait écrire un document différent décrivant le même travail, le placer sur sa page Web et expliquer la situation, il semble fou de penser que l'éditeur peut ou va s'opposer.C'est ce que fait le monde universitaire: nous utilisons des travaux publiés antérieurement, dans des manuels, des articles, des salles de classe, etc., souvent de manière très détaillée.Je suis très certainement libre de publier des notes de cours dans lesquelles je donne la preuve de X du théorème publié de X, et je le fais tout le temps.Je me demande dans quel domaine universitaire vous faites partie si vous pensez que ce n'est pas de la routine.
@PeteL.Clark - Je ne sais pas où ni comment vous travaillez, mais il y a une grande différence entre citer (avec accréditation) un autre travail publié et reproduire un autre travail non publié.Le travail en question n'est * plus * le PO.Ils ne peuvent * pas * choisir comment et où il devient disponible.Si l'OP suivait votre avis, il violerait le droit d'auteur et pourrait être légitimement accusé de plagiat.
Je travaille dans le département de mathématiques de l'Université de Géorgie."Le travail en question n'est plus celui des PO."L'article n'est peut-être pas, mais les idées contenues dans l'article sont certainement les PO."Si l'OP suivait votre avis, il violerait le droit d'auteur et pourrait être légitimement accusé de plagiat."Je ne suis pas d'accord avec les deux parties, mais avec véhémence avec la dernière partie: parler du travail des autres avec une attribution correcte n'est pas du plagiat.Parler de votre propre travail avec une attribution correcte n'est certainement pas du plagiat.
Deux questions: (i) Encore une fois, si vous pensez qu'un universitaire aurait des problèmes pour faire cela, veuillez en fournir quelques preuves.(ii) Êtes-vous vous-même dans le milieu universitaire?Parce que vous ne faites pas une distinction claire entre le droit d'auteur et la propriété intellectuelle, et pour les universitaires, c'est une distinction vitale.
@PeteL.Clark - Désolé mais vous manquez le point fondamental.Ce travail a cessé d'être le PO quand il a cédé les droits de publication à l'article qui le décrivait.Si le nouveau propriétaire le publie quelque part, alors l'OP peut le citer et / ou construire dessus, comme vous le pouvez.Jusque-là, ce serait la même chose que vous citiez ou tiriez parti de ma solution non publiée au problème P vs NP.Peu importe ce que vous savez de ma solution, ce n'est pas à vous de travailler.
"Désolé mais vous manquez le point fondamental. Ce travail a cessé d'être le PO quand il a cédé les droits de publication à l'article le décrivant."Non, je ne suis pas du tout d'accord.Mon travail reste mon travail quel que soit son stade de publication par quelqu'un d'autre."Si le nouveau propriétaire le publie quelque part, alors l'OP peut le citer et / ou construire dessus, tout comme vous le pouvez."Veuillez lire la question plus attentivement: la première phrase dit que les articles ont été publiés;ils ne sont tout simplement pas disponibles en ligne.
«Jusque-là, ce serait la même chose que vous citiez ou construisiez sur ma solution non publiée au problème P vs NP. Peu importe ce que vous savez sur ma solution, ce n'est pas à vous de travailler.C'est une affirmation absolument ridicule.Tout d'abord: bien sûr, je peux m'appuyer sur votre travail non publié si vous le mettez à ma disposition.Si vous voulez aller à http://alpha.math.uga.edu/~pete/papers.html, vous verrez que chacune de mes huit dernières pré-impressions ([40] - [47]) cite des pré-impressions non publiées.Je peux vous montrer des milliers de citations similaires dans des articles publiés ...
..Deuxièmement, vous associez un universitaire et un éditeur universitaire à deux universitaires différents.En particulier, vous semblez dire ** Un auteur ne peut pas s'appuyer sur son propre travail non publié **.Cela me semble fou.Si, par hasard, vous êtes réellement un universitaire et que ce poste est proche de la norme dans votre domaine académique, veuillez le préciser.Sinon, je suis obligé de conclure que vous donnez une réponse qui n'a aucun lien ni aucun rapport avec le monde universitaire.
Je m'excuse pour la partie quelque peu insultante de mon dernier commentaire, et je l'ai réécrit.Cependant, c'est vous qui n'intervenez pas avec les faits de la situation.Vous suggérez que les choses sont impossibles dans le milieu universitaire, j'explique qu'elles ne sont pas seulement possibles mais courantes et je donne des exemples précis, puis (parce que je sais que le milieu universitaire est vaste) je demande s'il existe un contexte universitaire dans lequel ce que vous dites est correct.Je ne comprends pas pourquoi vous répondriez à mes commentaires mais pas à cela.


Ce Q&R a été automatiquement traduit de la langue anglaise.Le contenu original est disponible sur stackexchange, que nous remercions pour la licence cc by-sa 3.0 sous laquelle il est distribué.
Loading...