Question:
Puis-je publier les avis que j'écris?
user102
2012-03-08 14:28:46 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Il s'agit d'une question complémentaire au processus de révision ouvert contre aveugle, et est en quelque sorte liée à Qu'advient-il des critiques que les gens rédigent pour des articles de journaux après leur renvoi l'auteur?

Cependant, ma question ne concerne pas les avis que je reçois pour les articles que je soumets, mais concerne les avis que j'écris pour les articles qui m'ont été attribués. Étant donné que l'ensemble du processus est effectué sous la confidentialité, il n'est pas clair à qui appartient le droit d'auteur sur une critique que j'ai écrite, et ce que cette critique comprend.

Par exemple, supposons que X soit membre d'un PC d'une conférence Y, et m'assigne une critique d'un article Z, écrit par A et B (en supposant que ce n'est pas un double aveugle) . Puis-je publier sur mon blog: "Voici mon avis pour Y, demandé par X, sur le papier Z, écrit par A et B"?

Je pense qu'il y a deux points ici:

  1. Est-ce légal? (par exemple, la publication de la version prête à photographier d'un article pourrait être illégale en raison du transfert de droits d'auteur, serait-ce également le soin ici?).
  2. Est-ce éthique? (à qui dois-je demander pour le faire? X? Y? A et B? tout le monde?).

MODIFIER: Il y a eu plusieurs commentaires / réponses me demandant pourquoi je voudrais publier une critique que j'ai écrite. Pour donner un peu de contexte à cette question, je pense que le système de révision actuel, créé lorsque la communauté universitaire était petite et qu'il n'y avait pas d'Internet (c'est-à-dire pas d'accès facile à l'information), pourrait ne pas être le meilleur, bien qu'il fonctionne clairement. C'est pour moi un débat très intéressant, mais en quelque sorte hors de portée du format Q&A d'Academia SE, c'est pourquoi j'ai essayé de me concentrer sur ma question de savoir s'il était possible de le faire, pas si c'était la meilleure chose à faire dans le système actuel (et pour être clair, je n'ai pas l'intention de le faire, mais j'aime juste savoir quelles sont mes options). Quoi qu'il en soit, merci pour les réponses apportant un éclairage différent sur ce débat.

MODIFIER 2: Après avoir vu la mise à jour dans la réponse de Jeff, je viens de réaliser que je n'avais pas précisé que je parlais d'avis après le processus de révision. Jeff dit que ce n'est pas grave si l'article est accepté, et bien que je comprenne clairement l'argument de pourquoi je ne devrais pas publier une critique d'un article rejeté, la question est toujours valable: en publiant une critique d'un article article rejeté, je publie les informations selon lesquelles ces auteurs ont soumis cet article à cette conf / revue, qui est censée être confidentielle entre les auteurs et les éditeurs. Est-ce que je violerais une règle en agissant ainsi?

Oui. La publication d'informations confidentielles enfreint la règle de Wheaton.
Une autre pensée: si vous voulez plus de crédit pour les critiques publiques, pourquoi ne pas évaluer des livres? William Gasarch, par exemple, tient à jour une [liste des livres qu'il a besoin de réviser] (http://www.cs.umd.edu/~gasarch/BLOGPAPERS/booklist.pdf) pour SIGACT News - un excellent moyen d'obtenir des livres gratuits , au fait ;-) Une option similaire existe sûrement pour d'autres (sous) champs.
@JeffE Eh bien, je ne voudrais pas enfreindre la règle de Wheaton, je suppose que je serais banni de Reddit alors! :)
Merci @AnthonyLabarre pour le lien, c'est en effet une façon très intéressante d'avoir des critiques publiques. Je n'ai pas vu dans la liste un livre que j'aurais assez d'expertise pour le relire correctement, mais j'aime l'idée (et je ne savais pas qu'il y avait de telles listes de "critiques en attente").
ma contre-question serait: puis-je publier les critiques bâclées que je reçois? Cela attirerait un large public d'universitaires frustrés :)
@ElCid Vous pouvez en faire des articles: Friston (2012) Dix règles ironiques pour les examinateurs non-statistiques.Neuroimage, 61, 1300-10.
Huit réponses:
#1
+55
JeffE
2012-03-08 23:27:36 UTC
view on stackexchange narkive permalink

La règle standard dans ma communauté est qu'une fois que j'ai fini de réviser un article, je suis censé prétendre que je ne sais pas qu'il existe. En particulier, je ne suis pas censé utiliser les informations que j'ai acquises en lisant cet article dans mes propres recherches. Je ne suis pas censé révéler les résultats à mes collègues. Certains sites me demandent de détruire toutes les copies de l'article que j'évalue, ainsi que tous les programmes ou données que j'ai utilisés pour vérifier les résultats de l'article. Cet embargo ne lève que lorsque l'article est finalement publié, mais je ne suis jamais censé révéler mon identité aux auteurs, même indirectement.

Selon ces règles, publier des critiques est totalement contraire à l'éthique. Peut-être que ce serait bien si j'avais la permission explicite des auteurs et de l'éditeur, mais je m'attendrais à ce que la plupart des auteurs et des critiques s'opposent avec véhémence. Je me sentirais bizarre même de demander.

Mais même avec des règles de révision moins strictes, je pense que publier des avis est une très mauvaise idée. Il est préférable de donner la critique en privé. L’un des objectifs de la révision anonyme est de donner aux auteurs des commentaires brutalement honnêtes sur leur travail. Les arbitres peuvent offrir une critique directe sans craindre que cela nuise aux auteurs, et les auteurs sont plus disposés à entendre cette critique parce qu'ils savent qu'elle ne sera jamais publique.

Oui, cela signifie que les auteurs obtiennent parfois du crédit pour des idées qui Je suggère dans les rapports d'arbitres. (La plupart des auteurs sont gentils et remercient l'arbitre anonyme.) D'un autre côté, plusieurs arbitres ont offert des suggestions qui ont considérablement amélioré mes articles, donc tout sort dans le lavage.

Mise à jour: Je dois ajouter que ces contraintes éthiques ne concernent que les revues d'articles non publiés envisagés pour publication. Une fois qu'un article est effectivement publié, chacun est libre, sinon encouragé, de publier ses propres critiques de la version publiée .

Merci pour votre réponse, et pour être honnête, je ne penserais pas à publier des critiques très négatives, et idéalement, j'aimerais plutôt que les auteurs publient ma critique avec leurs articles s'ils pensent que cela peut apporter quelque chose. Par exemple, un critique a déjà trouvé un bogue très délicat dans un programme complexe que j'ai attaché à un article. La création de ce bug lui a probablement pris beaucoup de temps, et cela a beaucoup amélioré mon programme. Le seul crédit que je puisse lui accorder, c'est de remercier «l'arbitre anonyme». Personnellement, je ne pense pas que ce soit juste, mais je ne veux pas imposer mon point de vue à tout le monde :)
Vous ne pouvez pas révéler votre identité même après la publication de l'article?
Officiellement, non. En pratique, si je connais bien les auteurs, je laisse parfois échapper mon identité, mais seulement bien après la fin du processus de révision / publication. (D'un autre côté, j'ai des collègues qui _signent_ leurs avis.)
@CharlesMorisset Pourquoi n'est-ce pas «juste»? Payez-le simplement.
@JeffE Je comprends parfaitement l'idée que ça marche globalement à cause de «aujourd'hui toi, demain moi», mais idéologiquement parlant, je ne suis pas d'accord, je ne pense pas que l'anonymat améliore le système, au contraire. Et je ne dis pas que ce n'est pas juste, juste que je ne * pense * pas que c'est juste, et si je pouvais, j'aimerais inclure le nom de ce critique dans le journal.
@JeffE Je viens de voir votre mise à jour, et en fait, c'était exactement le contexte de ma question: en supposant qu'un article est accepté et publié, puis-je publier ma critique de cet article? Mon mauvais, j'aurais dû le rendre explicite dans la question. Merci pour la réponse, avez-vous du soutien pour cela? (comme un conf / journal encourageant à publier des critiques?).
@JeffE Aussi, il semble y avoir une contradiction dans votre réponse: à la fin du 1er paragraphe vous dites: "mais je ne suis jamais censé révéler mon identité aux auteurs", mais dans la mise à jour, vous dites: "Une fois un article est effectivement publiée, chacun est libre, sinon encouragé, de publier ses propres critiques de la version publiée. »Cependant, il est clair que si vous publiez votre propre critique, vous révélerez alors votre identité aux auteurs.
Non, vous me comprenez mal. Une fois l'article publié, vous êtes libre de rédiger une critique * fraîche * de la version * publiée *, comme n'importe qui d'autre qui voit l'article pour la première fois. Vous n'êtes toujours pas libre de crier "J'étais l'arbitre anonyme qu'ils ont remercié!"
Je ne suis pas d'accord pour dire que la critique est mieux faite en privé.Au contraire, il vaut mieux donner publiquement à IMNSHO une critique authentique et non ad hominem des travaux universitaires publiés.Bien sûr, ce ne serait pas ce que l'on avait écrit dans le cadre d'un examen par les pairs, mais quelque chose de différent et d'indépendant.
#2
+8
Anthony Labarre
2012-03-08 15:46:33 UTC
view on stackexchange narkive permalink

À ma connaissance, il n'y a pas de problèmes de droits d'auteur liés aux avis que vous rédigez, et je ne vois pas qui détiendrait les droits sur eux, sauf si ceux-ci étaient applicables. Pour être honnête, je demanderais au moins à X et Y s'ils ont un problème avec vous pour rendre la critique publique.

Cela dit, je ne vois pas l'intérêt de les rendre publiques. Ces examens ont une portée extrêmement restreinte; si le papier était rejeté, nul besoin de le frotter en laissant le reste du monde savoir à quel point il était mauvais. Sinon, comme l'a souligné Lars, vos commentaires peuvent ne plus être valides s'ils ont été adressés par les auteurs, mais même s'ils ne l'étaient pas, je ne vois pas l'intérêt de publier la critique.

... à moins que vous ne souhaitiez que le plus grand nombre de personnes possible sache à quel point vous êtes un réviseur minutieux afin qu'ils puissent vous envoyer plus d'articles à l'arbitre?

Oui, sur un plan plus personnel, l'une des motivations serait de prendre tout le crédit pour certains travaux que je fais. Je veux dire, réviser un article de journal de 40 pages prend beaucoup de temps, et quand j'écris une bonne critique, j'aimerais que cela soit pris en compte. Sur un plan plus général, je pense aussi que les critiques peuvent être utiles, et il m'est arrivé à plusieurs reprises d'avoir une meilleure compréhension d'un article que j'ai revu après avoir lu d'autres critiques. Donc, je ne dis pas que je prévois de publier toutes les critiques que j'écris, mais je me posais simplement des questions sur les aspects juridiques / éthiques de le faire.
Ajoutez une ligne à votre CV indiquant «Examiné pour [journal / conférence]». Dans la plupart des cas, c'est tout le crédit public que vous obtenez. Ne vous inquiétez pas, l'éditeur appréciera * vraiment * vos efforts et pourra même être disposé à le dire dans une lettre de recommandation.
@CharlesMorisset "prends tout le crédit pour le travail que je fais." d'accord, mais qui s'en soucie? Je ne sais pas qui essayez d'impressionner. Rédacteurs? D'autres scientifiques? Vous les impressionnerez infiniment plus en écrivant vos propres articles. Et la révision d'articles de journaux ne fait-elle pas partie du travail d'un universitaire? On suppose que vous y mettez du bon travail. Ce genre de chose me semble vouloir un crédit spécial pour être venu travailler à l'heure tous les jours, même si tout le monde l'est aussi.
@JeffE Oui, c'est ce que je fais déjà. Je n'irais cependant pas jusqu'à demander une lettre de recommandation à l'éditeur. Mais il ne s'agit pas seulement de se vanter de la révision, mais aussi de transmettre le contenu de la critique à la communauté. Pour moi, une revue de journal peut durer plusieurs pages et peut aider à comprendre un article. Je n'achèterais pas un livre ou un film sans avoir d'abord lu une critique, pourquoi ne puis-je pas avoir ces informations pour lire un article, surtout quand je sais que ces informations existent?
@Amy, J'apprécierais que vous alliez un peu plus léger sur le ton du jugement :) Cela étant dit, oui, cela fait partie du travail académique. Il en va de même pour la rédaction d'articles, alors pourquoi ne publions-nous pas tous les articles de manière anonyme? Cela éliminerait tout préjugé, et puisque les universitaires sont déjà payés pour cela, pourquoi devraient-ils se soucier de la réputation acquise par la paternité? Et peut-être devrions-nous également anonymiser les ordinateurs, car l'organisation de conférences et la révision font partie du travail académique. Je n'essaye donc pas «d'impressionner» qui que ce soit, je pense simplement à un système plus ouvert, où plus de travail peut être rendu public.
Votre commentaire sur mon ton est juste. Mais si vous publiez / publiez vos critiques, cela sera jugé par vos pairs, et je pense que vous devriez vous attendre à ce que certaines personnes aient des réactions comme la mienne.
J'essayais de vous demander qui serait votre public cible en publiant vos critiques. (et en pratique, y a-t-il une différence entre «s'attribuer le mérite du travail» et «impressionner quelqu'un»?)
@Amy Oui, vous avez raison de dire que publier une critique a un goût prononcé de "regardez-moi et mes bonnes critiques", et clairement, mis à part le système plus ouvert dont je parle ci-dessus, cela est destiné aux recruteurs potentiels, car une autre façon d'évaluer un candidat. Cette réflexion de ma part (publier des critiques) se déroule d'une manière ou d'une autre dans un sentiment croissant dans la communauté CS d'arrêter de publier dans des revues fermées, d'adopter des supports de publication plus ouverts / sans restriction (par exemple arXiv), ce qui pourrait également signifier que l'évaluation d'un universitaire pourrait exiger plus que de simples publications.
@Amy Mais je suis d'accord que dans le système actuel, publier une critique telle qu'elle est ressemble à se montrer. J'aime juste réfléchir à ce qui pourrait être possible, et quelles sont les contraintes existantes qui peuvent empêcher une évolution du système :)
@CharlesMorisset Je suis entièrement d'accord avec votre sentiment général, mais je pense que l'utilisation du processus de révision (fermé ou non) n'est pas le moyen d'arriver à une communauté plus ouverte. en particulier dans des domaines plus hiérarchisés comme la bio, la chimie, la physique théorique / l'ingénierie où la réputation est tout et vous ne pouvez pas vous permettre d'insulter quelqu'un qui pourrait réviser l'un de vos articles plus tard. ooh mais une bonne discussion serait, comment pouvons-nous changer l'attitude dans ces domaines ??
@Amy Ce serait en effet une discussion très intéressante, mais cela ne peut être que subjectif, donc je ne pense pas que cela conviendrait à Academia SE. Peut-être qu'une question utile serait où trouver un endroit pour avoir une telle discussion :)
"Pourquoi ne puis-je pas avoir cette information pour lire un article, surtout quand je sais que cette information existe?" - Mais ça n'existe pas. Votre critique fait référence à une version de l'article qui n'est pas publiée, ce qui signifie que, par définition, les auteurs ne l'ont pas rendue publique. En publiant votre critique, vous publiez des informations sur la version précédente de l'auteur qu'ils préfèrent peut-être garder silencieuses. («pour les recruteurs potentiels, comme une autre façon d'évaluer un candidat») En tant que personne qui a siégé pendant de nombreuses années à des comités de recrutement de professeurs, je verrais cela TRÈS négativement.
De plus, je ne pense pas qu'@Amy ait besoin de s'excuser pour son ton.
@JeffE Je ne pense pas avoir jamais dit que je voulais publier la critique telle quelle, en particulier pour un travail non publié. En fait, je ne pense pas avoir jamais dit que je * veux * publier quoi que ce soit, je me demande juste sur le cadre existant, ce qui est possible et ce qui ne l'est pas, ce qui explique pourquoi je préférerais garder la discussion à la lumière ton, comme exercice intellectuel. Encore une fois, je comprends parfaitement * pourquoi * je ne devrais pas le faire maintenant, ce qui explique probablement pourquoi je ne l'ai pas encore fait, et je ne le ferai pas. J'apprécie vraiment tous vos commentaires et je serais heureux d'avoir une discussion appropriée à ce sujet, mais ce n'est pas l'endroit.
@JeffE remarque que je ne me suis pas excusé :)
@Amy Et je ne m'attendrais pas à ce que vous le fassiez, il n'y avait clairement rien d'offensant ou quoi que ce soit :)
@Amy Je suis d'accord avec le commentaire et le ton [sur MetaStackOverflow, le vôtre est en fait un poids léger en comparaison, voyons "si" et "quand" le ton dans Academia SO baisse ...] L'effort académique dans la révision par les pairs ne fonctionne que sur la base des dividendes futurs: "Je travaillerai beaucoup dans cette revue dans l'espoir que mon travail recevra des retours tout aussi précis". Au contraire, je reformulerais la question initiale comme suit: devrions-nous publier les critiques bâclées que nous recevons?
#3
+5
Lars Kotthoff
2012-03-08 14:47:17 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Certaines conférences / revues indiquent sur leur site Web que les avis doivent être traités de manière confidentielle, même si je ne sais pas si vous êtes légalement obligé de le suivre. Je demanderais certainement à toutes les personnes impliquées (c'est-à-dire à PC et aux auteurs de l'article) avant de publier la critique.

Il est également possible que (une partie de) la critique ne soit plus valide si vous êtes préoccupé par le fait que les auteurs ont abordé dans la version finale.

Mais quand ils disent que les avis doivent être traités de manière confidentielle, cela signifie-t-il que les auteurs doivent traiter les avis qu'ils ont reçus de manière confidentielle ou que les critiques devraient le faire? Je sais que certaines personnes publient les critiques qu'elles reçoivent pour les articles comme une sorte de gage public de la qualité de la conférence (j'ai trouvé une fois le site Web d'une personne expliquant pourquoi il le faisait, mais je ne m'en souviens pas :() , donc je peux comprendre l'avertissement pour les auteurs, mais est-ce que ça vaut aussi pour les relecteurs? Avez-vous quelques exemples de conf / journaux, afin que nous puissions vérifier ce qu'ils disent exactement?
Légalement obligé? Probablement pas. Mais si quelqu'un vous demande de garder quelque chose de confidentiel et que vous ne le faites pas, vous êtes un imbécile.
@CharlesMorisset, une recherche rapide a fait apparaître [Maney] (http://www.maney.co.uk/index.php/publication_ethics_for_editors_and_reviewers) et [PLoS] (http://www.plosone.org/static/reviewerGuidelines.action#confidentiality ) comme deux éditeurs qui disent cela. Notez que ni l'un ni l'autre ne fait explicitement référence aux critiques elles-mêmes, mais je suppose certainement qu'elles les signifient également. Je suppose également que la confidentialité s'étend à tout le monde impliqué dans le processus.
#4
+5
Amy
2012-03-09 01:27:41 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Je pense que chacun a droit à ses opinions et à son droit de les partager, et je conviens que discuter ouvertement des travaux publiés est bon pour la communauté scientifique. Mais je marcherais légèrement en ce qui concerne les articles que vous avez personnellement examinés.

Si vous avez un problème sérieux avec une publication, ou si vous avez des commentaires importants à faire après la publication, le lieu pour le faire est directement par courrier à la revue, qu'elle peut choisir de publier.

Si vous envisagez de publier des commentaires sur votre blog, considérez quel est l'objectif de votre blog et quelle est votre audience. Essayez-vous d'ouvrir une boîte de dialogue sur le travail? Gardez une collection de tout ce que vous avez fait? Faire connaître votre expertise en tant que réviseur aux éditeurs?

Si le but de votre blog est de discuter des travaux en cours dans votre domaine, envisagez d'écrire sur des articles avec lesquels vous n'avez aucun lien (groupes avec lesquels vous ne collaborez pas, articles que vous n'avez pas examinés). Vous éviterez ainsi tout sentiment de partialité ou de responsabilité potentielle / problèmes éthiques.

Si l'objectif est de conserver une collection de votre travail, vous pouvez le faire en privé et le partager lorsque vous essayez de démontrer votre esprit critique (rédacteurs, candidatures, peut-être ailleurs?).

Je pense que dans l'ensemble, le processus de révision existe principalement, sinon uniquement, pour le bénéfice des auteurs - pas pour le bénéfice du réviseur ou de la communauté scientifique en général. En fin de compte, tout le monde bénéficie (espérons-le) d'un meilleur article.

#5
+5
Joanna Bryson
2012-03-10 18:30:03 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Je ne publierais jamais une critique en tant que critique. Je suis d'accord avec les autres commentaires selon lesquels la norme éthique est que vous êtes censé vider votre cerveau de tout aperçu résultant de ce que vous avez examiné jusqu'à ce qu'il soit publié. Cependant, ce n'est certainement pas ce qui se passe dans le monde réel.

  • J'ai certainement vu et entendu parler de personnes qui ont effectivement publié sur le sujet d'un article qu'ils ont examiné avant que cet article ne soit accepté n'importe où. Certaines personnes trichent.
  • Les cerveaux ne sont pas quelque chose que vous pouvez vider. En fait, votre esprit est le principal atout d'un universitaire.

Personnellement, je pense que si vous avez appris quelque chose ou réalisé quelque chose à la suite du processus de révision, vous devriez probablement le mettre dans le tiroir du bas pendant un petit moment pour donner à l'auteur une chance de le sortir et pour que vous puissiez les citer, mais en fin de compte, c'est un devoir académique que les idées soient partagées, pas perdues.

Il y a en fait, des histoires célèbres d'universitaires établis qui contactent des débutants brillants et les aident à publier des idées après avoir vu un article en révision, par exemple John Maynard Smith et George Price. Celles-ci sont parfois considérées comme des scandales, mais à condition que l'article original n'ait pas été rejeté spécifiquement dans le but de mettre en sac une paternité d'auteur, je pense que c'est en fait beaucoup plus éthique que de partir et de faire le travail sans l'auteur qui vous a inspiré, ce qui malheureusement, je pense que c'est plus courant.

#6
+5
user102
2012-03-10 18:30:13 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Je sais que répondre à ma propre question est un peu étrange, mais je viens de tomber sur le site Web http://www.reviews.com/, et comme je n’étais pas au courant de l’existence de tels sites, J'ai pensé qu'il serait bon de le mentionner pour de futures références.

Je n'ai pas parcouru tout le site Web, mais il semble que n'importe qui peut s'inscrire et soumettre des critiques à des articles (y compris des articles de conférence / journal, et pas seulement des livres), et ces critiques sont alors disponibles. Je viens de remarquer (ce n'est probablement pas nouveau cependant) que par exemple la bibliothèque numérique ACM a un onglet "critiques", qui fait référence aux critiques correspondantes.

Donc, si j'essaie de résumer les autres réponses, techniquement, il semble légal de publier un avis, à moins que l'éditeur n'indique clairement que tous les avis doivent être traités de manière confidentielle, mais tant que le l'article est en cours de soumission, il est clairement non éthique et serait tout à fait dommageable. Cependant, une fois que l'article est publié, il est parfaitement possible de publier une critique non anonyme (par exemple en utilisant le site Web que j'ai mentionné ci-dessus, mais je suis sûr que d'autres solutions doivent exister), qui peut bien sûr être basée sur le processus de révision réel. , mais il ne faut pas dire que l'auteur de la critique était un critique anonyme. Notez qu'il est possible de publier des avis "négatifs" (par exemple: celui-ci, qui peut se trouver derrière un paywall).

Merci pour toutes les réponses et commentaires!

J'ajouterais que vous ne devriez rien dire sur la version de pré-publication que vous avez vue, seulement la version publiée. (L'exception serait s'il y avait des preuves de fraude, et je recommanderais d'abord d'aller chez l'éditeur.)
Il s'agit certainement de critiques d'œuvres * publiées *, et non de critiques effectuées * dans le cadre de l'évaluation pour publication *.
#7
+2
ChrisSampson87
2015-09-14 20:08:19 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Étant donné les récents mouvements vers un examen ouvert par les pairs et que je ne suis pas d'accord avec les réponses précédentes, j'ai pensé qu'il valait la peine d'ajouter une autre réponse à cette question.

Premièrement, en ce qui concerne la légalité, vous la trouverez probablement complètement dans vos droits de partager la critique comme vous le souhaitez. La plupart des revues mentionnent la «confidentialité» à certains égards, mais ne savent généralement pas ce que cela signifie. La question de savoir à qui «appartient» la critique est actuellement discutée par le COPE, mais je dirais que la réponse est évidemment le réviseur.

Deuxièmement, concernant l'éthique, je pense vous avez le devoir de partager vos avis dans la mesure du possible. Il y a un compromis entre la règle de Wheaton et votre devoir envers le processus scientifique (en particulier si vous êtes un chercheur financé par l'État), et cela n'a pas été soulevé auparavant dans cette discussion. Là où vous trouvez l'équilibre sera pour l'instant subjectif, car aucun consensus clair ne s'est développé. Personnellement, je pense:

  1. Les chercheurs ont le devoir d'accélérer le processus scientifique.
  2. Un processus scientifique financé par des fonds publics doit être transparent.
  3. Auteurs , les réviseurs et les éditeurs doivent tous être responsables de leurs actions.
  4. Les réviseurs méritent d'être reconnus pour leurs contributions.

Ces points sont particulièrement pertinents si un réviseur fait des suggestions qui ne le sont pas entendu par l'auteur, auquel cas des informations importantes pourraient être enterrées. Les directives du COPE pour les pairs évaluateurs suggèrent le maintien de la confidentialité. Cependant, mon interprétation est que cela ne devrait s'appliquer que jusqu'à la fin du processus d'examen par les pairs avant la publication (c'est-à-dire jusqu'à la publication).

Il existe désormais des options plus formelles pour partager vos avis; par exemple via Publons. C'est mon option de partage préférée car les avis ne sont pas visibles tant que l'article n'est pas publié (ce qui, je pense, garantit l'équité pour les auteurs) et les éditeurs ont la possibilité de masquer le contenu de votre avis (ce qui, à mon avis, garantit l'équité pour les éditeurs / éditeurs).

#8
  0
Scientist
2018-01-23 09:43:44 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Comme expliqué par @ ChrisSampson87 dans une autre réponse, je soutiens totalement le partage des évaluations fournies par les pairs après publication. Je pense que la transparence ne peut qu’ajouter à la vitesse et à la qualité de la recherche scientifique, et la plupart des défauts majeurs de l’évaluation par les pairs reposent sur le fait qu’elle est gardée secrète derrière les rideaux par la majeure partie de la communauté. De même, je suis favorable à la signature de mes avis - ce n'est pas toujours facile et conduit souvent à un retour de bâton, qui est à mi-chemin pour le partager plus tard.

Quand on signe un avis et que l'on envisage de le partager plus tard, on crée immédiatement un plus grand sens des responsabilités. Il existe des sites Web permettant cette pratique, ce qui implique que toutes les revues membres incluent des éditeurs qui acceptent cette pratique, et les auteurs soumettant des articles à ces revues doivent être conscients de la possibilité d'une plus grande exposition après leur publication.

Mineure Mis à part les conflits personnels et les sentiments égoïstes, je crois fermement qu'apporter plus de lumière aux examens par les pairs, même des articles rejetés, ferait bien plus de bien que de nuire aux conditions de travail des scientifiques du monde entier.



Ce Q&R a été automatiquement traduit de la langue anglaise.Le contenu original est disponible sur stackexchange, que nous remercions pour la licence cc by-sa 3.0 sous laquelle il est distribué.
Loading...