Question:
Moyens efficaces pour encourager les étudiants «faibles» à utiliser les heures de bureau
Mad Jack
2016-05-31 09:06:35 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Je trouve qu'un nombre pas si insignifiant de mes étudiants pourraient bénéficier de venir me parler pendant les heures de bureau des devoirs, de leurs préparatifs d'examen, etc., et je cherche des moyens de les encourager à faire donc. Je suis un grand partisan des étudiants qui sont proactifs et découvrent d'eux-mêmes qu'ils ont besoin de chercher de l'aide, mais je ne vois pas assez de progrès sur ce front et je cherche donc des alternatives.

L'un des principaux problèmes que j'observe est que, pour ce qui est des solutions aux devoirs, certains élèves ne savent clairement pas ce qu'ils font, et venir me parler de la façon de procéder pourrait potentiellement leur être très bénéfique.

Étant donné que les bons étudiants utilisent déjà les heures de bureau, en cas de besoin, quels sont les moyens efficaces pour amener les étudiants relativement faibles à assister aux heures de bureau?


Une idée avec laquelle je joue en ce moment est de faire en sorte que les interactions avec moi pendant les heures de bureau soient notables et valent un certain pourcentage de la note. À titre d'exemple, considérons ce qui suit:

Supposons qu'un devoir est attribué, que l'élève W est l'élève le plus "faible", l'élève S est l'élève le plus "fort", le devoir vaut 10 points et l'interaction " Le composant -with-me "vaut un certain nombre de points, disons 10.

L'élève S donne une solution, qui est correcte / généralement correcte [disons, 85% ou plus correcte]. Dans ce cas, l'élève S recevrait de 8,5 à 10 points sur la note des devoirs et, comme son score aux devoirs est supérieur ou égal à un certain seuil, disons 85%, il marquera également 10 points sur la composante d'interaction, s'ils utilisaient ou non les heures de bureau.

Maintenant, considérez l'étudiant W: l'étudiant W utilise les heures de bureau, et il semble qu'il essaie vraiment de comprendre comment aborder le devoir, alors cet étudiant recevraient 10 points pour la composante d'interaction [le score des devoirs de l'élève W, cependant, refléterait sa performance sur les devoirs]; Sinon, si l'élève W n'utilise pas les heures de bureau et qu'il obtient un score inférieur à un certain seuil pour ses devoirs [encore une fois, disons 85%], l'élève W recevra alors ce qu'il a gagné sur les devoirs et zéro point pour le composant d'interaction.

Ce qui précède n'est qu'une idée que j'ai pour le moment. Une chose que je n'aime pas, c'est qu'il augmente le fardeau de la documentation de mon côté. Une solution possible à cela serait d'exiger des étudiants qu'ils documentent leurs interactions pendant les heures de bureau avec moi sur leurs solutions de sorte que ce serait une vérification relativement rapide pour moi au moment de la notation.

J'étais un bon élève, mais je n'ai vu qu'un de mes tuteurs en dehors des cours une seule fois, et j'avais honte d'avoir dû le faire. Je l'ai vu comme de la triche et un échec de fait dans le devoir dont je parlais, même si j'ai obtenu une excellente note. Est-il possible que vos élèves ne réalisent pas que demander votre aide n'est pas de la triche et que leurs pairs qui réussissent bien le font déjà? Peut-être pourriez-vous donner des exemples en classe du type de chose avec laquelle vous avez aidé d'autres élèves?
@Significance Bonne idée, je vais essayer ça.
En tant qu'étudiant, qui fonctionne normalement bien, je ne vois pas cela comme de la triche, mais plutôt comme une gêne. C'est admettre l'échec de ma part à faire quelque chose (quoi que ce soit) pour me mettre au niveau auquel le cours s'attend. Je pense que beaucoup d'étudiants ne pensent pas qu'un cours donné soit littéralement trop difficile pour eux, mais ils n'ont tout simplement pas fait de leur mieux dans le cours. Le fait d'aller aux heures de bureau ne fait pas qu'obtenir à nouveau la même conférence, mais admet également qu'ils peuvent ne pas être attentifs en classe. Cela ouvre également la porte à une "attention" plus indésirable des professeurs en classe.
De plus, le fait de se rendre aux heures de bureau peut révéler plus de lacunes dans la compréhension du cours par les étudiants, ce qui peut les faire se sentir plus mal qu'avant. L'étudiant a peut-être à peine traversé de lui-même, mais maintenant, il ressent la pression supplémentaire de se sentir comme un faux, aux yeux du professeur. Ou bien, l'étudiant peut délibérément se débarrasser de ses devoirs et, sur papier, sembler au professeur comme s'il ne comprend guère le cours. La plupart des étudiants, d'après mon expérience, ne veulent pas se démarquer de quelque façon que ce soit, mais préfèrent simplement rester un nom de famille et un numéro d'identification d'étudiant sur une feuille de notes.
Dans mon université, les cours sont facultatifs et sont très peu fréquentés (j'assiste tout le temps sauf en cas de maladie, ou si la conférence a lieu tôt le matin à 8h00). Pour moi, la conférence est la partie la plus importante de l'étude parce que j'essaie de communiquer avec le conférencier "à la volée", ou si ma question est compliquée, je l'écris et pose ** immédiatement ** après la conférence, et c'est là que je pose également des questions sur les devoirs (écrits avant la conférence). Je n'ai jamais eu besoin de voir un conférencier dans son bureau.
L'idée de noter les heures de bureau semble horrible. Premièrement, cela ne peut conduire qu'à un jeu de devinettes inutile de la part des étudiants. Comment un étudiant peut-il savoir s'il comprend ou non le matériel * avant * que son travail ne soit noté? Le but de la mission est sûrement de tester leur compréhension. S'ils réussissent mal, * alors * ils devraient venir vous voir, mais cela ne peut arriver * qu'après * qu'ils connaissent leur score. Deuxièmement, et en conjonction avec ce qui précède, l'idée ne tient pas compte des besoins des élèves qui souffrent, par exemple, d'anxiété ou d'autisme et qui luttent contre les interactions sociales.
_Comment un élève peut-il savoir s'il comprend ou non le matériel avant que son travail ne soit noté? _ - Ce que je veux, c'est que les élèves trouvent la bonne façon de résoudre les problèmes _avant_ qu'ils le remettent. Une des façons dont je peux potentiellement aider les étudiants à cet égard sont s'ils viennent me voir et discuter de leur approche et obtenir des commentaires. @WillR
@MadJack: Bien sûr, il y aura des étudiants qui ne connaissent pas la bonne méthode, et il serait probablement bénéfique pour eux de vous voir. Je fais référence à ces étudiants qui * pensent * qu'ils comprennent alors qu'ils ne le font pas, ou à ceux qui font des erreurs dans leur raisonnement, ou à ceux qui ne mettent pas assez de détails dans leurs réponses, ou même à ceux qui ne comprennent tout simplement pas / mal interpréter les questions. Implicitement, je suppose que ces quatre sous-ensembles du corps étudiant sont plus nombreux que votre sous-ensemble. (a continué)
Disons que vous êtes étudiant: vous pourriez faire tout le travail et être sûr que vos réponses sont correctes, alors vous les remettez sans vous rendre aux heures de bureau. Que se passe-t-il si vous faites partie des étudiants dont je parlais? Maintenant, vous avez perdu des points sur le devoir pour avoir obtenu les mauvaises réponses, puis vous avez été puni pour cela. Conclusion: ce système favorise un manque de confiance en vos propres capacités, et même les étudiants qui comprennent bien la matière doivent finir par se remettre en question eux-mêmes et leur travail, sans que je puisse en tirer profit.
@WillR Oui, bon point.
Mes professeurs les encourageaient fortement à leur rendre visite pour «corriger» (revoir ensemble) les erreurs des examens écrits. Selon les règles de votre université, vous pouvez «forcer» les étudiants à vous rendre visite par des tactiques telles que a) divulguer leur note uniquement en personne sous un certain score, b) exiger qu'un étudiant vienne revoir son dernier devoir avant de livrer le suivant.
Un de mes professeurs a rendu obligatoire pour chacun de nous d'utiliser les heures de bureau au moins une fois pendant un certain article. Avant cela, je n'étais pas pleinement conscient que les heures de bureau étaient une option. Peut-être que cela pourrait aider?
Huit réponses:
#1
+67
ff524
2016-05-31 09:14:19 UTC
view on stackexchange narkive permalink

J'ai trouvé que les invitations personnelles (par e-mail) étaient très efficaces pour amener certains étudiants à venir aux heures de bureau. (Après avoir participé une fois sur invitation personnelle, ils semblent beaucoup plus susceptibles de revenir sans invitation.)

Les e-mails ressemblent généralement à ceci:

Bonjour Jane ,

J'ai remarqué que certains étudiants, dont vous, avaient des problèmes avec les questions théoriques sur la vannerie sur Devoirs 3. Je serais heureux de revoir ce sujet avec vous pendant mes heures de bureau ce lundi, de 15 à 18 heures à salle 901. Si vous avez des cours ou d'autres obligations pendant cette période, vous pouvez m'envoyer un e-mail pour fixer un rendez-vous à un autre moment.

Bonne idée, merci. J'admets que quelque chose comme ce que vous suggérez semble préférable à l'idée avec laquelle je joue puisque la vôtre n'implique pas de donner des points bon gré mal gré.
Cela doit cependant être personnel. J'avais un conférencier que je détestais, et on ne pouvait même pas me demander d'assister à ses conférences et encore moins d'aller à ses heures de bureau. Il a envoyé un e-mail me demandant de lui rendre visite pour discuter de ma faible participation. Il y avait toujours des indices si légers que c'était un e-mail de masse, donc je n'y suis pas allé car il ne visait pas spécifiquement moi, donc je suis resté inaperçu.
Je ferais attention à ça. Les étudiants - en particulier les étudiants qui ont un emploi - peuvent déjà avoir un horaire complet. Oui, vous proposeriez de reporter. Mais étant donné le déséquilibre de pouvoir entre un professeur et un étudiant, une telle invitation peut facilement suggérer que la présence se situe quelque part entre * fortement encouragée * et obligatoire, ce qui exercerait une pression supplémentaire sur les étudiants. Pas bon.
Les étudiants @StephanKolassa qui ont un emploi devraient soit abandonner (et travailler), soit aller dans une école plus avancée. Ma demande dépend vraiment du pays et de la situation financière. Je prends mon université comme travail à temps plein. C'est un sujet important dans mon université maintenant, nous avions une très grosse charge de missions et les gens avec un emploi avaient du mal à suivre. (L'université est gratuite, jusqu'à 26 ans ou vous redoublez un an, mais le coût de la vie est élevé et le gouvernement n'accorde pas de prêts sans intérêt aux étudiants).
@Kyslik Beaucoup d'étudiants * doivent * travailler pour subvenir à leurs besoins grâce à l'université. S'ils travaillent pour se payer des produits de première nécessité comme la nourriture et la planche, il n'est pas juste de leur dire d'abandonner ...
@Kyslik "uni is free" ... Wow, je pense que j'aurais peut-être compris pourquoi beaucoup d'entre nous ont des opinions différentes des vôtres sur le travail à l'université.
-1
@sapi Je suis d'accord, cette question dépend fortement du pays / de la région + de la situation financière de l'individu ou du groupe de personnes. Le problème que j'essaie de souligner est simplement que l'université devrait être aussi «difficile» qu'un travail à plein temps. Ou au moins l'employeur devrait respecter / comprendre que l'étudiant ne peut pas être exploité 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 (la plupart des emplois sont bien sous-payés - les contrats sont merdiques car ce n'est pas "** PLEIN TEMPS **"). J'avoue que j'ai de la chance et que je n'ai pas à faire face au coût de la vie, pas plus que les étudiants qui vivent dans la ville où se trouve l'université, car ils peuvent vivre dans la résidence de leurs parents.
@StephanKolassa Si un étudiant réussit mal ses devoirs et ses examens, et qu'il ne peut plus consacrer de temps et d'énergie à ses cours, c'est qu'il le fait déjà à cause de son travail, alors il a un problème, et le problème n'est pas les heures de bureau; le problème est qu'ils essaient de faire plus qu'ils ne sont pratiquement capables de faire (bien). (Si un étudiant * peut * donner plus de temps, mais que la planification est difficile ... je fais savoir que je suis parfaitement disposé à tenir des heures de bureau Skype le week-end ou à d'autres moments non conventionnels si nécessaire.)
@Kyslik: re 'uni devrait être aussi «difficile» qu'un emploi à temps plein »: je ne sais pas pour votre pays, mais aux États-Unis et en Europe, de nombreuses universités autorisent les étudiants à étudier à temps partiel - il leur faudra donc plus d'années pour terminer un diplôme, mais cela leur permet de travailler en même temps sans compromettre la quantité globale d'apprentissage.
#2
+18
The Nate
2016-05-31 16:31:26 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Dans Comp. 2, notre première affectation notée était difficile. (Les fautes d'orthographe comptaient comme des fautes grammaticales importantes, donc je l'ai ratée.) Le professeur a dit à tous ceux qui avaient un F de prévoir du temps pour le voir.

C'est ce que j'ai fait et c'était très utile. Il a expliqué ses règles de classement, son point de vue sur ce qu'il voulait, etc. Il a souligné que les gens comme moi ont vraiment besoin de vérifier l'orthographe et d'utiliser tous les outils qui les aident. Le plus grand avantage de cette réunion a été que nous sommes arrivés à un endroit confortable pour discuter du matériel de cours qui a fait fonctionner les discussions en classe.

Je suggère quelque chose dans ce sens, puis: dites simplement à ceux qui sont en dessous d'un seuil pour venir te voir.

Vous pourriez même envisager de demander aux étudiants forts de venir expliquer où ils luttent et quel genre d'expérience ils ont sur le sujet. Dans ce cas, vous devriez simplement demander à chaque élève de venir noter ses réponses. Vous pourriez découvrir des schémas utiles.

Une autre chose à considérer est de savoir comment amener les forts à aider les faibles.

Des discussions en classe ou des études de groupe peuvent Aidez-moi. Cela dépend un peu du matériel. Dans la classe comp, le prof. nous a fait modifier certaines erreurs de nos soumissions en tant que groupe et discuter des alternatives. Un professeur d'ingénierie. nous a dit une fois qu'il s'attendait à ce que nous fassions nos devoirs en groupe afin que nous devions former des équipes. Je volais normalement en solo, même dans des classes où presque personne ne le faisait, mais j'ai trouvé un partenaire immédiatement après cette session de classe.

Ne sous-estimez pas le pouvoir de déclarer vos préférences / attentes.

#3
+15
Darrin Thomas
2016-05-31 10:11:07 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Parfois, les élèves sont intimidés à l'idée d'aller voir un enseignant pendant les heures de bureau. Je pense que nous avons tous été "contre-interrogés" au cours d'une telle expérience, même si nous savons que cela a été bénéfique.

Au lieu de les inviter en tête-à-tête, peut-être leur demanderait-il de venir par paires ou en petits groupes. être utile. Cela vous fait gagner beaucoup de temps car vous travaillez avec plusieurs étudiants à la fois. De plus, cela supprime une partie de l'inconfort d'avoir à se rendre seul au bureau de l'instructeur pour les étudiants.

Une chose que vous avez omis de mentionner est également l'avantage pratique pour les étudiants venant en petits groupes: je venais souvent aux heures de bureau avec d'autres étudiants et il arrivait assez souvent qu'il y ait une chose qui n'est pas claire pour tous les membres du groupe, mais seulement un membre a en fait compris que ce n'était pas clair et a posé des questions à ce sujet. Par la suite, tous les membres bénéficieraient de l'explication et s'engageraient assez souvent dans une discussion sur ce qui n'est pas clair.
#4
+12
Avo
2016-06-01 07:56:53 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Cela ne s'applique peut-être pas à vous, mais voici mes 2 cents.

Une des raisons pour lesquelles je viens rarement dans le bureau d'un enseignant est que je prends trop de temps pour comprendre que je sombre - et que je rentre la veille de tout cela a abouti à une conférence «Vous auriez dû commencer plus tôt», ce qui n'était pas du tout utile. Comme je ne sais pas ce que j'aurais faire, je demande ce qui est maintenant sous mon contrôle ...

La gêne a tendance à l'emportent sur toute aide que je pourrais recevoir. Peu m'importe le contre-interrogatoire concernant mes connaissances, mais grincer des dents à la simple mention de "Pourquoi ne l'avez-vous pas [fait plus tôt, venu me voir avant, demandé en classe, etc ...]?" et "N'avez-vous pas écouté la conférence?" (J'ai peut-être manqué une phrase sur les mille que vous avez prononcées, qui, hélas, s'est avérée être la clé - ou j'ai peut-être manqué la phrase en question parce que j'étais en retard. Je ne peux pas dire quoi Je l'ai manqué si je l'ai manqué!)

Donc, si vous vous surprenez à demander à l'une des réponses ci-dessus "Pourquoi?!" questions par pure exaspération ("Pourquoi faites-vous quelque chose de si stupide?" est l'essentiel des choses), ne le faites pas. À moins qu'il ne semble que la réponse soit du type «ma vie est un enfer et je pense à fuir la maison», bien sûr. Cependant, si vous êtes certain que vous obtiendriez juste un haussement d'épaules d'exaspération similaire ("Comme si je sais!"), Je recommanderais d'abandonner les moralisations et les "devraient avoir" et de se concentrer sur les tâches elles-mêmes. Cela n'aidera pas les gens à venir la première fois, mais cela améliorera probablement les visites répétées. Les élèves sont des créatures timides et pourraient prendre l’échec de «se ridiculiser».

Merci et j'apprécie les réponses / commentaires de tout le monde ici, y compris du point de vue des étudiants.
#5
+3
Kimball
2016-06-02 00:12:13 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Je suis d'accord avec les deux principales réponses: les invitations, d'une manière ou d'une autre, sont le moyen le plus efficace. Cependant, j'ai remarqué une grande variation dans le nombre d'étudiants qui viennent aux heures de bureau par cours, par instructeur et par école, et je suppose que les techniques efficaces dépendront de votre situation, il est donc probablement bon d'expérimenter différentes choses.

Voici quelques autres idées, qui ne sont pas exactement couvertes par les autres réponses:

  • Le plus évident: essayez de rendre vos heures de bureau pratiques pour autant d'étudiants que possible, en fonction de leurs horaires et de la date d'échéance des affectations. Cela peut impliquer de prévoir plus d'heures de bureau, d'avoir des heures de bureau le dimanche soir ou d'avoir des heures de bureau dans un bâtiment différent de votre bureau.

  • Une chose que j'ai faite pour certains cours, c'est quelque peu efficace, c'est d'essayer de faire des heures de bureau comme une salle d'étude (qui peut être une pièce différente de votre bureau, ou d'organiser une salle d'étude près de votre bureau). Faites-leur savoir qu'ils peuvent venir travailler sur des problèmes là-bas, seuls ou ensemble. Ensuite, puisque vous êtes sur place ou à proximité quand ils travaillent, ils pourront alors poser des questions (similaire au travail de groupe en classe). Beaucoup d'étudiants ne se rendent pas compte qu'ils auront besoin d'aide, ne commencent pas les devoirs assez tôt et ne veulent pas venir sans une question en main. Cela atténue également certaines intimidations qu'ils peuvent ressentir à l'idée de venir à OH.

  • Quelque chose qu'un collègue a fait et a trouvé quelque peu utile (je ne l'ai pas essayé moi-même): demandez à tous les étudiants de vous rendre visite dans votre bureau dans les deux premières semaines (rendez-vous planifiés, juste pour quelques minutes) peut être en petits groupes), pour aider à encourager l'habitude d'amener les étudiants à vous voir dans votre bureau. Je pense qu'il est important de créer une habitude et une culture. De nombreux étudiants ne savent même pas où se trouvent les bureaux de leurs professeurs, donc au moins, ils apprennent où se trouve votre bureau et augmentent les chances qu'ils passent s'ils ont une question de dernière minute, par exemple.

  • Faites des rappels sur l'OH en classe, avec des encouragements sincères à venir l'essayer.

#6
+3
DRF
2016-06-03 00:58:18 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Je vais essayer de faire une suggestion hérétique. Pourquoi le voudriez-vous?

Ayant assisté à un certain nombre de cours de mathématiques aux États-Unis et évidemment eu de nombreuses heures de bureau, j'ai appris une chose. Si une personne ne veut pas consacrer du temps et des efforts à l'apprentissage du matériel, il ne sera pas utile de la forcer à le faire.

En général, vous avez deux types d'élèves faibles. Ceux qui ont de très mauvaises bases et ceux qui ne sont pas prêts à faire l'effort. Celles-ci peuvent se chevaucher, mais essentiellement si l'étudiant ne peut pas être dérangé de se présenter à vos heures de bureau sans être pénalisé / récompensé d'une manière ou d'une autre, il y a de fortes chances qu'il finisse par perdre son temps et votre temps.

Pire encore, ils finiront par perdre le temps des étudiants qui se sont présentés aux heures de bureau et qui essaient en fait d'apprendre quelque chose!

En résumé, tenir les heures de bureau. Annoncez-le en classe au début du semestre et assurez-vous de souligner que ce sont à la fois pour rattraper ce que les étudiants veulent apprendre et pour apprendre des choses au-delà du programme (cela a pour effet à la fois d'attirer les bons étudiants afin qu'ils peut en apprendre davantage et atténuer tout sentiment éventuel de "Si je vais aux heures de bureau, il semblera que je suis un perdant qui ne peut pas l'apprendre par lui-même") et en rester là. Ne perdez pas le temps de quiconque à le forcer à faire quelque chose qu'il ne veut pas.

_Ne gaspillez pas le temps de quiconque en les forçant à faire quelque chose dont ils ne veulent pas._ - Bon point, merci.
#7
+2
Mansav
2016-06-01 22:06:10 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Les heures de bureau visent à aider les élèves en difficulté et à voir tout le monde tirer le meilleur parti de la classe. D'après mon expérience, lorsqu'un élève a des difficultés, il fait l'une des deux choses. Soit ils abandonnent complètement, soit ils se battent pour n'importe quel point qu'ils peuvent pour passer la classe. Pour les aider à viser ce dernier, je leur offrirais juste quelques points de crédit supplémentaires. Je sais que tout le monde ne ressent pas la même chose que moi à propos du crédit supplémentaire, mais cela peut être une grande incitation à aider ceux qui ont des difficultés. En plus de cela, vous obtiendrez les étudiants qui visent 100% à venir vous rendre visite parce qu'ils veulent que chaque point soit possible.

J'en ai expérimenté avec des crédits supplémentaires, et je pense que cela a fait une certaine différence pour aller dans un centre d'aide, mais pas trop pour venir à mon bureau. Avez-vous des preuves de l'efficacité de cette démarche pour vous?
#8
  0
J. Roibal - BlockchainEng
2016-05-31 20:01:05 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Que diriez-vous d'annoncer une politique selon laquelle, si un étudiant reçoit moins de 70% sur une mission, il est tenu d'assister à vos heures de bureau. Lorsqu'ils assistent aux heures de bureau, ils reçoivent 50% des points manqués (par exemple, élever un 70 à un 85). Pour moi, c'est une solution efficace car les élèves sont capables de comprendre ce qu'ils ont manqué dans le devoir et d'augmenter leur note sur le devoir, ce qui les aidera à rester motivés et à accroître leur engagement dans la classe.

Les heures de bureau devraient rarement (voire jamais) être «obligatoires».
Peut-être alors, retirer le «bâton» (des exigences) et n'offrir que la carotte de permettre 50% des points manqués si un étudiant assiste aux heures de bureau?
Un collègue d'une autre institution a tenté quelque chose de similaire, en obligeant les étudiants à se présenter aux heures de bureau, qu'ils en aient besoin ou non. Je ne pense pas que cela a très bien fonctionné.


Ce Q&R a été automatiquement traduit de la langue anglaise.Le contenu original est disponible sur stackexchange, que nous remercions pour la licence cc by-sa 3.0 sous laquelle il est distribué.
Loading...