Question:
Comment faire face à deux étudiants qui se sont potentiellement entendus lorsque l'un d'entre eux n'est pas disponible?
StrongBad
2014-10-26 21:41:53 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Nous avons deux étudiants dans mon département qui ont remis des essais identiques. Conformément à notre politique, nous avons organisé des réunions indépendantes avec les deux étudiants pour déterminer ce qui s'est passé. En entrant dans ces réunions, notre objectif principal est de déterminer laquelle des 5 possibilités suivantes s'est produite:

  1. Les étudiants ont travaillé ensemble et ont rédigé un essai
  2. Un étudiant a rédigé l'essai et a sciemment autorisé l'autre élève à copier la dissertation
  3. Un élève a rédigé la dissertation et l'autre a copié leur dissertation à l'insu du premier élève
  4. Les élèves ont travaillé de manière indépendante et ont réussi à écrire le mot essais mot identiques (cela semble peu probable)
  5. Les étudiants ont copié indépendamment la même source

Un étudiant est en congé de maladie et n'a donc pas pu assister à la réunion. L'étudiant qui a assisté à la réunion nous a montré des ébauches d'essais précédents qui nous ont convaincus que ni (4) ni (5) ne se sont produits. De plus, lorsque nous excluons l'essai de l'autre étudiant, TurnItIn ne trouve rien de préoccupant. Nous sommes également convaincus que l'étudiant qui a assisté à la réunion n'a pas copié l'essai de l'autre étudiant. Cela nous laisse avec les possibilités (1), (2) et (3).

Notre politique stipule que les deux étudiants seraient punis pour inconduite académique si (1) ou (2) se produisaient et que seul le un autre étudiant serait puni si (3) se produisait. Il semble que sans parler à l'autre étudiant, nous ne pouvons pas vraiment arriver à une conclusion juste. Sans décision, l'élève qui a assisté à la réunion n'aura ni réussi ni échoué le cours et ne sera donc pas éligible pour reprendre le cours ni suivre un cours qui a le cours en question comme condition préalable. Il est peu probable que l'étudiant en congé de maladie revienne à temps pour prendre une décision en temps opportun. Comment devons-nous procéder?

Ma réaction instinctive est «innocente jusqu'à preuve du contraire». Si vous ne pouvez pas déterminer la vérité, mieux vaut supposer l'innocence.
@JimConant mais vous pouvez rester longtemps en prison en attendant que votre innocence soit prouvée.
Je suppose que l'étudiant avec qui vous avez parlé a affirmé qu'il n'a pas sciemment aidé l'autre étudiant. Si tel est le cas, vous devez à peu près laisser cet élève se débrouiller car vous ne pouvez pas prouver la collusion.
Ce n'est probablement pas une décision optimale, mais vous pouvez attribuer une note IN jusqu'à ce que la décision soit prise, puis peut-être renoncer à la condition préalable pour toute classe qui nécessite cette classe comme condition préalable. Habituellement, renoncer à la condition préalable est une décision du département ... L'élève impliqué sait exactement s'il a triché ou non, il devrait donc être en mesure de planifier en conséquence ...
@BrianBorchers La formulation exacte est "vous ne pouvez pas prouver la collision ENCORE". Habituellement, dans ces cas, une décision est reportée ... Vous ne pouvez pas savoir quelles preuves l'autre étudiant peut apporter ...
Dans une affaire pénale, si un procureur ne peut pas amener des témoins devant le tribunal en temps opportun, leur témoignage ne sera tout simplement pas admis et l'affaire sera poursuivie. Si le deuxième étudiant est vraiment indisponible pendant une longue période, il est injuste de ne pas porter de jugement sur le cas du premier étudiant.
@StrongBad: Mon propos n'est pas d'établir un lien avec la justice pénale, mais avec la philosophie sous-jacente selon laquelle il vaut mieux laisser un coupable se libérer que de punir à tort une personne innocente.
De plus, si vous trouvez des preuves solides de culpabilité plus tard, y a-t-il un moyen d'attribuer rétroactivement une peine quelconque? Par exemple, si un de mes étudiants, à qui j'ai attribué un A, s'est avéré plus tard avoir triché, je pourrais modifier rétroactivement sa note conformément à la politique de notre université.
En tant qu'étudiant précédent, cela m'est arrivé, mais je ne suis pas de connivence. Un camarade de classe voulait regarder mon projet alors je lui ai naïvement envoyé mon document Word. Lui et sa petite amie ont remis exactement la même copie, bien que la mienne soit en couleur et la leur en noir / blanc. Nous avons tous les deux des zéros jusqu'à ce que quelqu'un avoue. Ancienne camarade de classe et petite amie avouée. Ils ont des zéros, j'ai eu un 87. Je me suis retrouvé avec un 3,5 GPA à l'obtention du diplôme, il avait un 2,5 GPA. C'était il y a 12 ans.
au­di­a­tur et al­te­ra pars
Question peut-être simple d'esprit: pourquoi cette affaire doit-elle être réglée * maintenant *? En supposant que l'autre élève sera de retour en finale, pourquoi ne pas simplement dire à l'élève qui est disponible "Nous devons parler avec l'autre élève. Continuez à aller en classe, etc., et nous déterminerons qui a triché au fin du semestre."? Cela a l'avantage supplémentaire que, s'il était de connivence, il pourrait simplement décider d'arrêter complètement de faire des efforts dans la classe (monter un dossier contre lui).
Apportez une corbeille de fruits pour rendre visite à l'élève malade et interrogez-le d'ailleurs pendant la visite.
Les possibilités (1), (2) et (3) impliquent toutes qu'un ou les deux élèves soient * incroyablement * stupides.
Si vous ne savez tout simplement pas qui est coupable, s'il y a une GRANDE différence de note à l'examen final, tout sera révélé.Si vous aviez une politique appropriée selon laquelle vous devez obtenir 50% en finale pour réussir le cours indépendamment des devoirs, alors le un coupable échouera.
Sept réponses:
#1
+36
Benjamin Mako Hill
2014-10-27 03:25:29 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Ne pas laisser cet élève avancer à ce stade serait une punition. S'il y a une chance que vous trouviez l'élève innocent de tout acte répréhensible, il semble que l'injustice de le punir pour quelque chose qu'il n'a pas fait est pire que de le laisser s'en tirer avec quelque chose qu'il a fait.

Expliquez clairement à l'élève qu'il réussira le cours compte tenu du manque de preuves contre lui, mais que vous continuerez à évaluer la situation. Assurez-vous qu'ils savent que si vous concluez plus tard qu'ils sont de connivence, vous actualiserez leur note à une note d'échec et les forcerez à reprendre le cours.

La seule vraie conséquence négative de ceci est que l'élève pourrait être capable de prendre des cours qui nécessitent cette classe comme prérequis avant d'être obligés de revenir en arrière et de reprendre la classe d'origine. Ce n'est pas idéal, mais cela ne semble pas vraiment si mal.

Ce n'est pas vraiment un inconvénient que l'élève doive revenir après avoir suivi des cours qui nécessitaient le cours donné comme condition préalable - la conséquence est que l'élève peut continuer s'il est innocent. S'ils mentent, alors il serait raisonnable pour eux d'admettre leur culpabilité et de reprendre le cours - car sinon, ils perdraient du temps dans une autre classe avant d'être forcés de revenir. Ainsi, l'étudiant a la possibilité de faire un choix, et s'il choisit de suivre un cours, il sait qu'il n'a pas satisfait aux conditions préalables, eh bien, ce sera son problème lorsqu'il sera découvert.
La raison pour laquelle le cours 1 est un prérequis pour le cours 2 est qu'il est peu probable qu'un étudiant comprenne le cours 2 sans d'abord comprendre le cours 1. Si l'étudiant prouve qu'il comprend le cours 2 en réussissant ce cours, qui se soucie s'il échoue ensuite au cours 1? C'est inhabituel sur le plan administratif, mais cela n'invalide en aucun cas leur laissez-passer pour le cours 2.
@DavidRicherby: C'est peut-être l'idée * derrière * le prérequis, mais, selon les règles de l'université respective, le respect du prérequis peut facilement être appliqué. Si la réussite du cours 2 est définie comme "avoir réussi le cours 1 + avoir obtenu X points à l'examen du cours 2", une découverte ultérieure d'un échec au cours 1 invaliderait évidemment la réussite du cours 2. Ce qui serait inhabituel sur le plan administratif, c'est que l'étudiant * pourrait * avoir la chance de réussir le cours 1 * après avoir * réussi l'examen du cours 2, remplissant ainsi les conditions requises pour réussir le cours 2 dans le sens inverse de l'ordre normal.
#2
+15
Bob Brown
2014-10-26 22:25:42 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Si vous êtes convaincu que l'élève qui a assisté à la réunion a rédigé la dissertation en question, vous devez en conclure que soit l'autre élève a volé une copie, soit les deux élèves ont collaboré. Je pense que cela nécessite presque des notes de "Incomplet" pour les deux élèves jusqu'à ce que le problème puisse être résolu.

Modifié pour ajouter: J'aime le commentaire de Nick S sur la renonciation aux conditions préalables pour l'élève qui a assisté à la réunion. Le sien est un commentaire à la question originale et mérite d'être lu.

#3
+13
Dennis
2014-10-27 14:44:25 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Je sais que cela ne peut s'appliquer qu'à certaines situations, mais si l'élève n'est pas en mesure de participer, mais toujours en mesure de communiquer, je dirais:

Avez-vous envisagé de planifier un appel?

Vous pouvez simplement faire la conversation par téléphone, ou Skype et les documents peuvent être numérisés et envoyés par courrier. Ce n'est peut-être pas aussi bon qu'une réunion en face à face, mais je dirais qu'il y a de fortes chances que vous puissiez éclaircir les choses de cette façon.

Si je peux ajouter, vous pourriez aussi demander à l'étudiant malade de venir à une réunion ou ... fournir une note de son médecin disant qu'il n'est pas apte à le faire. Puis voyez ce qui se passe.
#4
+10
earthling
2014-10-27 13:58:01 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Dans mon université, nous avons une règle générale: Si vous êtes d'accord, vous échouez tous les deux à cette tâche. Si vous avez pris le devoir d'un autre élève et que vous l'avez copié (volé à un camarade de classe), non seulement vous échouez le devoir, mais vous échouez le sujet et devez le reprendre . Remarque: il est possible d'échouer et d'affecter tout en réussissant le sujet en soumettant à nouveau le travail qui a échoué (comme je crois que la plupart des universités britanniques le font et je crois que vous êtes au Royaume-Uni).

Je ne pense pas qu'il y ait une solution parfaite mais en ayant une règle comme celle-ci, vous pouvez surtout éviter qu'un élève dise "C'est mon travail original" alors qu'en réalité il s'agissait d'un travail conjoint parce qu'ils ne voudraient pas sauver leur ami au prix d'une reprise le module (quand ils pouvaient tous les deux réussir, mais avec une note inférieure).

Si vous avez la même règle et que l'élève en face de vous est très clair à ce sujet et l'élève en face d'entre vous dit "Oui, c'est à moi, tout à moi, il a dû me voler" alors je laisserais cet élève passer (sans aucune preuve contradictoire de l'autre élève).

Le défi avec un tel La règle dans ce cas est qu'ils auraient pu s'entendre, mais l'autre étudiant pourrait simplement prendre la chute, ne serait-ce que parce qu'il n'a rien à perdre parce qu'il est en médecine l eave et ne peut pas terminer le module ce terme de toute façon. Donc, il pourrait aussi bien tomber sur son épée.

Dans votre cas (où un élève n'est pas disponible), je demanderais à l'élève présent de signer une simple déclaration ("C'est mon travail original et l'autre élève doit avoir Je l'ai volé et j'accepte que si ce qui précède est faux, ma note sera modifiée après coup. ")

Je ne serais pas inquiète pour l'élève prendre des sujets qui ont besoin de ce sujet comme pré-demande. S'il ne comprend pas, cela sera clairement montré plus tard et se réglera.

Encore une fois, ce n'est pas une règle parfaite, mais cela empêche surtout les étudiants de collusion de s'en tirer en imposant une double punition à l'un d'eux .

#5
  0
Nonsingular
2014-10-28 04:22:30 UTC
view on stackexchange narkive permalink

En guise de réponse, je voudrais poser une question. Les projets sont-ils des preuves concluantes que (4) et (5) peuvent être exclus? Dans la mesure où (4) est peu probable, je trouve (5) hautement probable. Ma question se prolonge pour demander quel était le délai entre la découverte du plagiat, l’information des étudiants sur le plagiat et la soumission des brouillons par l’étudiant qui n’est pas en congé de maladie?

Comme la plupart " brouillons »ne sont ni manuscrits ni tapés sur une machine à écrire, la facilité et la rapidité avec lesquelles un brouillon peut être rédigé ne suppriment pas le doute que le travail n'est pas celui de l'étudiant.

Si (1) et (2) sont des options, et que cela met en doute leur collusion, alors ne pensez pas qu'ils ne seraient toujours pas de connivence dans les retombées.

#6
-1
Myra
2014-10-29 00:55:56 UTC
view on stackexchange narkive permalink

J'ai une autre idée. Les élèves sont-ils tous les deux du même sexe? Je viens de trouver quelque chose d'intéressant qui peut aider.

Ce site analyse le texte pour les traits statistiquement associés au sexe de l'écrivain.

http://www.hackerfactor.com/GenderGuesser.php

Cela semble être assez précis. Il a correctement identifié George Eliot comme une femme (elle n'a pas été dupée par son pseudonyme masculin, LOL), et moi comme un homme. Je l'ai également utilisé pour analyser un texte traduit par des traducteurs masculins et féminins d'un écrivain masculin (le même passage d'environ 600 mots). Le texte du traducteur masculin est sorti 8% plus «masculin».

Si le texte du test est "féminin" et que l'un des élèves ou les deux est un homme, vous avez des raisons de penser que l'un ou les deux l'ont copié. Mais bien sûr, ce n'est qu'un outil et doit être considéré comme tel. C'est juste un élément de preuve à ajouter à toute autre preuve que vous pourriez avoir. Pour «calibrer» le système, vous pouvez exécuter tous les articles des élèves tout au long du processus pour voir s'il identifie correctement les élèves de sexe masculin et féminin de la classe.

Bien sûr, si les deux élèves sont des hommes ou des femmes , et l’analyse ne montre aucun écart, elle n’aide pas à déterminer laquelle des cinq possibilités s’est produite.

Vous ne pouvez pas punir ou ne pas punir un étudiant en fonction du résultat de ce test. Le fait qu'il ait souvent raison ne suffit pas à justifier ** l'échec d'un élève **. Voir ma réponse pour des détails sur les raisons pour lesquelles je pense que «innocent jusqu'à preuve du contraire» est la bonne approche.
#7
-2
Myra
2014-10-28 20:25:02 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Il est difficile de croire que les deux élèves auraient accepté de remettre des papiers identiques. La plupart des étudiants sauraient que le fait de remettre un papier identique à celui d'un autre étudiant serait certainement remarqué. Il est donc plus probable qu’un seul un d’entre eux soit le coupable. Dans ce cas, cet étudiant est probablement aussi stupide que malhonnête. La question est de savoir comment dire qui ment? Je crois que le roi Salomon a eu un problème similaire, lorsque deux femmes ont prétendu être la mère d'un seul enfant. Vous voudrez peut-être offrir à chacun un crédit de la moitié . Celui qui a triché s'y opposerait probablement moins.

Bien qu'ils leur aient répété à maintes reprises que le travail de groupe n'était pas autorisé, nous recevons souvent des articles identiques des étudiants. Quant à offrir un demi-crédit, puis à essayer de jauger les objections, surtout lorsqu'un élève n'est pas disponible, cela semble être une mauvaise idée.
Apparemment, il y a un problème de communication si cela se produit «souvent». Ces étudiants sont-ils orientaux? Culturellement, certaines sociétés d'Asie de l'Est encouragent les efforts de groupe, les Japonais en particulier.
Je n'ai jamais entendu parler d'une telle chose concernant les Asiatiques, et je suis asiatique.


Ce Q&R a été automatiquement traduit de la langue anglaise.Le contenu original est disponible sur stackexchange, que nous remercions pour la licence cc by-sa 3.0 sous laquelle il est distribué.
Loading...