Question:
Dois-je être honnête au sujet des refus des études supérieures?
Bravo
2012-03-17 12:48:25 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Supposons qu'un étudiant postule à quelques bons programmes d'études supérieures, mais pour certaines raisons, il soit admis dans une grande école et rejette dans deux autres tout aussi bons. Dans quelle mesure est-il nécessaire pour l'étudiant d'être honnête sur ses rejets? Il y a quelques circonstances qui se présentent ici:

  1. L'élève est invité à un entretien dans une école, où il est interrogé sur ses candidatures et ses décisions. Peut-on mentir que les résultats sont en attente? Ou qu'on lui a offert des admissions à plusieurs endroits? Il est probable que l'étudiant sera confronté à un dilemme s'il estime que les autres décisions peuvent également affecter celle-ci.

  2. Est-il vital d'être honnête à l'école doctorale que vous avez rejoint ? Existe-t-il une communication mutuelle entre les sections administratives de tous les meilleurs collèges, ce qui peut laisser le bluff de mauvais goût?

Quel est l'avantage d'essayer de bluffer l'école que vous envisagez de rejoindre? Comme dans quelle incitation possible avez-vous à leur mentir?
Pourquoi mentir? Il est parfaitement acceptable de dire «je préfère ne pas vous le dire».
Cinq réponses:
#1
+26
David Ketcheson
2012-03-17 21:31:17 UTC
view on stackexchange narkive permalink

En tant que personne impliquée dans les décisions d'admission aux diplômés, je peux affirmer sans équivoque que le fait de savoir qu'un étudiant s'est vu refuser l'admission dans un autre programme n'influence pas négativement mes décisions d'admission. J'ai tous les documents de candidature de l'étudiant et (en supposant que le candidat est fort) la décision est suffisamment importante pour que je vais certainement examiner et évaluer tous ces matériaux. La décision d'une autre école n'est pas un indicateur utile pour savoir si je dois vous admettre.

En effet, si vous me dites que vous avez une offre d'un autre programme de premier plan, je pourrais même être plus prudent en vous proposant une admission. Pourquoi? Si je fais toutes mes offres initiales aux étudiants qui finissent par aller dans d'autres écoles, je dois revenir en arrière et fouiller dans les applications et trouver celles qui n'ont pas déjà accepté une offre, qui à ce moment-là seront des candidats de moins bonne qualité. . Je connais un programme où cela s'est produit l'année dernière et ils ont décidé de faire des offres plus fortes au deuxième niveau de candidats (encore assez solides) cette année.

Je suis d'accord avec ça. Un programme qui n'est pas tout en haut de son domaine sera, au contraire, * plus susceptible * d'admettre un candidat qui, selon lui, est fort en apprenant qu'il a été rejeté par un programme de haut niveau. Notre objectif est d'obtenir des étudiants qui sont tout ou presque aussi bons que ceux qui s'inscrivent dans les meilleurs programmes, et un étudiant qui est admis dans un programme de haut niveau y ira probablement.
D'un autre côté, si je fais des admissions dans un programme de très haut niveau, je ne regarde pas autour de moi pour voir ce que font les autres programmes. Harvard ne pense pas deux fois à quelqu'un parce qu'il a été rejeté par Princeton; ils ont la plus grande confiance dans leurs propres évaluations.
#2
+20
user102
2012-03-17 21:05:49 UTC
view on stackexchange narkive permalink

En tant que première règle très générique, le monde universitaire est un très petit monde, et il n'est pas du tout improbable que les membres du comité responsable de l'entretien sachent si les résultats d'une autre école ont été donnés ou non. Ils ne connaissent peut-être pas les résultats, mais ils savent peut-être que vous le savez.

En tant que deuxième règle générique, le mensonge est extrêmement mal perçu dans le milieu universitaire, où la probité d'un scientifique est très importante. Si je devais interviewer un élève, et si je soupçonne que l'élève bluffe ou ment, ce serait un refus immédiat.

En tant que troisième règle générique, la compétition est normale et bienvenue dans le monde universitaire. Lorsque vous postulez pour une école, ou même plus tard pour un poste, il est normal et même prévu que vous postuliez à d'autres endroits. Si personne ne le demande, vous ne devez pas nécessairement mettre sur votre CV la liste des écoles dont vous avez été accepté / rejeté, mais si la question est posée, il n'y a pas de honte à dire la vérité.

Donc, pour faire court, vous n'avez pas grand chose à gagner à mentir ou à bluffer, mais vous avez beaucoup à perdre.

Je le dirais plus fortement: vous ne devriez pas mettre sur votre CV la liste des écoles dont vous avez été accepté / rejeté; seulement l'école que vous fréquentez réellement.
Cela est vrai au niveau des études supérieures; cependant, les postes de professeurs à l'international (ou du moins ici en Allemagne) refusés _do_ peuvent aller sur un CV!
Pas en informatique théorique. Même en Allemagne.
Toujours dans mon domaine (mathématiques), il serait très étrange de lister sur son CV (ou n'importe où) les acceptations / refus de programmes ou offres / non-offres d'emplois. Vous énumérez les écoles fréquentées et les emplois que vous avez occupés, point final. J'ai lu des milliers de CV et je n'ai jamais rien vu de tel.
#3
+10
aeismail
2012-03-18 02:19:27 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Personnellement, je me fais un devoir de ne pas poser des questions sur les écoles et programmes alternatifs auxquels un candidat pourrait postuler en plus de mon groupe. De cette façon, il n'y a aucun parti pris de ma part. Si le candidat offre librement ces informations, je les prendrai bien sûr en considération, mais je ne les ai pas sollicitées, et il ne devrait donc y avoir aucune contrainte de la part du candidat à admettre des choses, d'une manière ou d'une autre.

Cela dit, ce n'est généralement pas une bonne idée de mentir ouvertement aux établissements universitaires. Comme plusieurs autres répondants l'ont souligné, il peut être facilement attrapé, en particulier si vous êtes dans un petit champ. De plus, il y a eu un certain nombre de cas très médiatisés ces dernières années où des universitaires ont perdu leur emploi en raison de fausses déclarations sur leurs titres de compétences. Donc, tout ce qui fait même allusion à la malhonnêteté peut vous causer des ennuis. (De plus, de nombreuses écoles ont une clause «éthique» dans leurs politiques d’admission - et le mensonge intentionnel , soit dans la candidature, soit lors d’entretiens ou lors d’une visite, peut être interprété dans certains cas comme suffisant pour une rétractation d'une offre d'admission!)

#4
+9
Pete L. Clark
2012-09-28 09:25:55 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Vous devez être honnête dans tous vos efforts professionnels. Mentir est un comportement contraire à l'éthique et non professionnel qui pourrait être un motif de licenciement ou pire. Je dis cela comme une déclaration générale et je m'en tiens à cela, mais de toute évidence, les normes et pratiques éthiques varient selon les carrières et les horizons de la vie. Dans le milieu universitaire, le sentiment que le mensonge est contraire à l'éthique et répugne est très fort. Il faut l'éviter à tout prix.

Le fait que vous utilisiez le mot «bluffer» est un peu angoissant et montre que vous n'avez peut-être pas encore intériorisé l'éthique académique. Bluffer est quelque chose que vous faites au poker. Plus généralement, il s'agit d'une stratégie de théorie des jeux conçue pour minimiser les informations données à son adversaire. Dire que vous avez été accepté par un programme alors que vous ne l'avez pas été - ou, surtout, lorsque vous y avez été rejeté - ce n'est pas du bluff, c'est mentir .

Les personnes qui estiment fermement que mentir est contraire à l'éthique comprennent bien que vous n'êtes pas obligé de donner des informations complètes simplement parce qu'elles sont demandées. Dans certaines situations sociales, un mensonge anodin est plus acceptable qu'un refus de répondre à une question, mais le monde universitaire n'en fait pas partie. Si quelqu'un vous demande des informations sur vos candidatures à d'autres programmes et que vous craignez qu'il ne soit pas à votre avantage de divulguer ces informations, dites simplement quelque chose comme: "Je suis désolé, mais je ne suis vraiment pas à l'aise pour discuter ça maintenant. " Comme ci-dessus, il semble parfois impoli de ne pas répondre à une question, donc cela vaut la peine de s'entraîner un peu pour pouvoir le faire de manière relativement gracieuse.

Quant à la question de savoir si les différents programmes académiques communiquent suffisamment entre eux pour donner une chance réaliste que quelqu'un mentant de cette manière soit pris au dépourvu: absolument oui. Les cercles universitaires sont petits, sont peuplés par les mêmes personnes pendant des années et des années, et ont presque toujours tendance à contenir au moins quelques personnes qui sont ridiculement - presque surnaturellement - au courant de toutes sortes de décisions en matière de personnel.

#5
  0
mac389
2012-03-17 20:28:04 UTC
view on stackexchange narkive permalink

On va aux études supérieures pour travailler dans un domaine ou avec un certain chercheur. Cette personne, en conséquence, devrait avoir des objectifs suffisamment spécifiques avant d'appliquer cette modification d'une approche dispersée ne devrait pas s'appliquer. À l'extrême, vous essayez d'entrer dans un seul endroit et donc l'accent est davantage mis sur le développement d'une relation avec la «cible» là-bas.

Cela dit, au moins je me suis retrouvé dans des situations similaires . Quant au bluff. Je pense que le meilleur conseil, si vous pensez que les agents des admissions cherchent des conseils, c'est de dire que vous ne l'avez pas encore découvert. L'avantage du bluff est qu'il vous donne une meilleure apparence dans la mesure où une école voudra les candidats d'une autre école.

Je ne suis pas du tout d'accord avec votre premier paragraphe. Dans un sous-domaine donné, il existe des dizaines de départements solides et de nombreux doctorants qui réussissent changent de sous-domaine après avoir commencé. Il est parfaitement normal de ne pas savoir ce que vous voulez faire avant même d'avoir été profondément exposé à quoi que ce soit.
Je suis d'accord avec JeffE: le premier paragraphe est assez différent de mon expérience et de celles de beaucoup de mes pairs. Je n'avais absolument * aucune idée * pour qui je travaillerais en tant qu'étudiant diplômé, au-delà de savoir que je voulais faire de la théorie et de la simulation, pas des expériences. De nombreux étudiants sont similaires - il est peu probable qu'ils sachent «celui» pour qui ils veulent travailler avant même de commencer à postuler.
@JeffE, aeismail: Merci pour vos commentaires et il semble que nous ne soyons pas d'accord. Peut-être parlons-nous de différents aspects de l'éléphant. Comme vous deux, je n'avais aucune idée de l'endroit où je finirais par travailler. Je pense que si c'est possible, il est utile d'avoir une approche dirigée, peut-être en s'appuyant sur une expérience de premier cycle. D'un autre côté, s'engager dans un laboratoire en fonction de son apparence sur papier peut préparer quelqu'un à un réveil brutal.
Personne ne dit travailler uniquement sur la base de ce qui est écrit sur un site Web ou de sa seule réputation. Vous devriez avoir une idée de ce que vous faites et pourquoi vous allez travailler pour quelqu'un (ou aller dans une école en particulier). Une expérience de premier cycle pourrait vous dire que vous aimez la recherche, mais _pas_ dans un domaine particulier. C'est parfaitement bien (et c'est comme ça que j'ai réalisé que je voulais aller à l'école supérieure!)


Ce Q&R a été automatiquement traduit de la langue anglaise.Le contenu original est disponible sur stackexchange, que nous remercions pour la licence cc by-sa 3.0 sous laquelle il est distribué.
Loading...