Question:
Est-il normal / éthique que les notes des élèves soient attribuées selon des quotas?
dattebane
2018-03-16 05:33:20 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Dans mes cours de physique de premier cycle, j'ai entendu de mon professeur le semestre dernier qu'il avait eu des ennuis du département de physique pour avoir dépassé trop d'étudiants.

Ce semestre, l'AT dans la partie laboratoire de mon classe (qui note nos rapports de laboratoire) est venu flotter autour d'un mémo qu'il a reçu, également du département de physique, indiquant que la note moyenne devait être de 75% et qu'il évaluera maintenant en conséquence, après quelques semaines de notation normale.

Je passe généralement entre 4 et 5 heures sur ces rapports, en tapant des formules et en faisant des analyses, des calculs, etc. J'ai obtenu un 100 sur chaque rapport de laboratoire au cours de mon premier semestre et jusqu'à ce point dans la seconde. Maintenant, après l'ultimatum, je perds des points pour des choses que je n'avais pas auparavant, et on me demande une analyse supplémentaire qui n'a jamais été nécessaire. Je passe déjà autant de temps que possible, et ce classement difficile semble venu de nulle part et immérité.

Questions:

  1. Est-ce normal que les enseignants aient des quotas?

  2. Cela devrait-il affecter les élèves qui ont réellement fait le travail?

  3. Cela semble-t-il comme une question éthique de notation arbitraire que je devrais soulever au département ou à mon professeur?

Est-il certain que les professeurs ont reçu de véritables quotas, ou le département demande-t-il seulement que leurs notes moyennes se traduisent par un C?Il y a plusieurs façons de le faire, notamment une notation plus sévère, des affectations plus difficiles, plus de travail et même des quotas.Si aucune méthode particulière n'a été prescrite, votre professeur dispose d'une certaine marge de manœuvre dans la manière dont il choisit d'atteindre cet objectif.
Question connexe (lien vers ma réponse connexe ...): https://academia.stackexchange.com/questions/97177/would-i-get-into-trouble-if-i-give-out-too-many-a-classes / 97300 # 97300 J'espère que cela t'aides.
C'est ce qu'on appelle la gradation de courbe.Il est largement considéré comme un anti-modèle éducatif (du moins mon manuel de pédagogie de l'enseignement supérieur l'appelle ainsi), ce qui n'empêche bien sûr pas certains administrateurs de le demander car il conduit à de «belles» distributions de notes par construction, indépendamment de la façon dontdes tests sucky sont conçus.
Au Royaume-Uni, c'est la norme.Souvent, en tant qu'AT, je notais tout, puis ils prenaient mes notes et s'assuraient que la distribution semi-gaussienne qui se produisait avait une moyenne et une std spécifiques.
@AnderBiguri - Ce n'est certainement pas la norme partout au Royaume-Uni.Je n'ai jamais entendu parler de cela dans les écoles (et beaucoup de ma famille sont des enseignants), et cela n'a pas été fait à l'université où j'ai fréquenté / enseigné.
@GuyG Intéressant.Même si ce n'est pas la norme, c'est une chose couramment répandue dans les universités.Je ne suis pas Britannique, donc je ne le connais que dans l'environnement Uni, mais j'ai beaucoup vu ça.
Si vous avez 100% sur TOUS les laboratoires pendant 1 semestre et demi, et surtout si cela s'applique à d'autres étudiants, c'est un problème qui devait être corrigé.Cela signifiait que soit le laboratoire était trop facile, soit la notation était trop indulgente.Sur la base de votre plainte, le style de classement était trop généreux auparavant, et ils l'ont corrigé.
@NickS Je ne peux pas dire que je suis d'accord sans plus d'informations, étant donné que nous n'avons qu'un seul exemple de la classe en question.S'il est en tête de sa classe depuis deux semestres, cela semble parfaitement raisonnable.Il est également difficile de savoir si ces laboratoires sont les meilleurs par rapport aux tests / devoirs / projets, car chaque catégorie a tendance à avoir sa propre distribution.
Ordinaire?Complètement.Éthique?Discutable.Est-ce que je pense que c'est la bonne / meilleure chose à faire?Absolument pas.
@GuyG: D'après mon expérience, même si elle ne peut bien sûr pas être appliquée «partout», c'est certainement l'approche par défaut au Royaume-Uni, tant dans les écoles que dans les universités.Ou, à tout le moins, tous ceux à qui j'ai déjà été inscrit, ou des amis inscrits qui ont discuté du sujet, et ainsi de suite.
Tout le monde semble avoir répondu à la partie "normale" de la question mais pas à la partie "éthique".Que ce soit normal ou non, c'est ** hautement contraire à l'éthique **.
Je ne parlerai pas des questions de premier cycle, qui sont le sujet de la question ici, mais la notation sur une courbe est la norme dans les facultés de droit américaines.
À mon alma mater (école privée d'élite américaine) pratiquement tous les parcours étaient courbes.Cependant, il était exceptionnellement rare que la courbe abaisse votre note de la manière que vous décrivez.Au lieu de cela, il a été utilisé pour permettre aux professeurs d'assigner des tâches très difficiles sans se soucier de détruire les notes des étudiants.Plusieurs professeurs ont affirmé que c'était souhaitable parce que des examens plus difficiles permettent de faire plus facilement la différence entre les personnes qui maîtrisent le sujet et celles qui sont vraiment brillantes.
Le titre de cette question illustre bien pourquoi je trouve la "construction par barre oblique" si frustrante.
Un suivi à mon commentaire précédent: le genre de courbe que vous décrivez est inconnu dans mon expérience.
Sept réponses:
#1
+66
Dmitry Savostyanov
2018-03-16 06:16:15 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Malheureusement, les universités et les collèges sont dirigés par des gestionnaires et pas seulement par des universitaires. Dans un monde idéal, le travail de tous les étudiants doit être noté selon son mérite; par exemple, si tous les problèmes mathématiques sont résolus correctement, alors le papier mérite 100%. Les universitaires comprennent et partagent généralement ce point de vue (à part quelques-uns qui sont convaincus qu '«aucun travail ne mérite jamais 100%»).

Malheureusement, les personnes qui gèrent des universités ne sont pas toujours guidées par le bon sens ou le raisonnement mathématique. Ils semblent inventer des métriques obscures et les imposer au reste du personnel académique. Les universitaires ne pensent pas que ce soit correct, mais ils doivent respecter les règles fixées par des non-universitaires.

Malheureusement, les étudiants deviennent un dommage collatéral dans le choc de deux cultures: académique et de gestion. Si vous souhaitez poser une question, demandez non pas à votre professeur, mais à un doyen (de manière anonyme ou en tant que membre d'un groupe plus large). Les politiques malavisées arrivent du sommet; votre professeur n'a pas beaucoup de pouvoir contre cela.

Où dans la question est-il dit qu'un non-universitaire a pris cette décision?Il se peut que le directeur du département (un universitaire) n'ait pas été impressionné par le fait que le professeur ne donne rien de moins qu'un A dans un trimestre.
Croire que «le travail de tous les étudiants doit être noté [selon] son mérite» n'est pas incompatible avec l'incrédulité que le travail de chaque étudiant dans une grande conférence mérite un A. L'objectif particulier (moyenne de 75%) pourraitêtre satisfait en rendant simplement le cours aussi difficile que les autres cours existants dans le département.
Je pense que la distinction dépend de ce que l'on considère comme le «point» des notes.Si des critères sont donnés en fonction de la compréhension du contenu du cours (les étudiants A doivent comprendre 90% des objectifs du cours, les étudiants B 70%, etc.), alors un bon enseignant enseignant un cours bien conçu peut s'attendre à donner 90% + deétudiants As.Si, au contraire, les notes visent à permettre de différencier les élèves d'une cohorte, on s'attendrait à ce que les notes (en moyenne, peut-être sur plusieurs années) suivent une distribution normale.Quoi qu'il en soit, cela devrait être cohérent dans toute l'université.
@AlexReinking Vous pouvez ajuster la difficulté pour atteindre la moyenne attendue de 75%, mais vous ne pouvez pas toujours faire de vrais papiers pour répondre à vos attentes.Le problème est que les gestionnaires imposent exactement cela.
@georgewatson - Oui, c'est parfaitement logique.Personnellement, je tombe dans le camp de la «compréhension du contenu du cours» plutôt que dans celui de la «différenciation entre les étudiants d'une cohorte», mais quoi qu'il en soit, je conviens qu'il devrait être cohérent dans toute l'université.
Un point très important est d'aller au sommet en tant que groupe et de protester contre cela.Cela fonctionne à merveille, surtout aux États-Unis.
@gergewatson Dans toute l'université?Peut-être dans toute la faculté, mais même cela sera difficile.Je n'ai aucune idée de la manière dont ils enseignent et notent en médecine ou en théologie ou en philologie classique.
D'après mon expérience, il est extrêmement rare que les étudiants puissent obtenir 100% sur chaque laboratoire (tout est souligné par l'étudiant) pendant un semestre et demi.Cela peut arriver, mais les étudiants sont des humains et les humains font de petites erreurs de temps en temps.De plus, d'après mon expérience, si un professeur reçoit une note indiquant que la moyenne de la classe doit être ramenée à 75%, cela signifie que la moyenne est BIEN supérieure à 75%, et c'est généralement un problème avec le laboratoire ou la notation.
@georgewatson Je me suis toujours demandé pourquoi une distribution «normale» (gaussienne) était supposée.Lorsqu'une université particulière attire des étudiants de la population générale par mérite (entrer à l'université ou non), vous échantillonnez déjà une distribution normale et vous limitez les inconvénients.Cela signifie que la nouvelle distribution n'est probablement pas normale (excusez le jeu de mots).
@PeterK: Théorème de limite central ... les fonctionnalités qui ont été sélectionnées lors de l'admission (et qui sont maintenant fortement non normales) ne sont qu'un sous-ensemble des fonctionnalités déterminant les performances dans un cours particulier.
@BenVoigt Peut-être, mais je n’ai vu aucune justification pour cette hypothèse.Je pourrais faire quelques recherches, car je ne vois pas que cela est justifié pour des raisons éthiques ou pédagogiques, alors je me demande si cela est statistiquement justifiable.Et en plus ... CLT nécessite des nombres plus grands que les tailles de classe dans lesquelles la notation à une courbe est parfois appliquée (moins de 10 élèves a).
@BenVoigt On peut affirmer que dans une cohorte il y a beaucoup plus de facteurs similaires (par exemple le même professeur, les mêmes critères d'entrée) que de facteurs capables de différencier les étudiants.
#2
+52
Daniel R. Collins
2018-03-16 07:15:22 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Oui, c'est (malheureusement) assez normal dans le sens où cela se fait à plusieurs endroits.

Les endroits où je l'ai entendu faire, la principale préoccupation est au niveau du département, avec des cours de plusieurs sections, dans lesquels la difficulté de l'instructeur a une grande variabilité; certains instructeurs sont «durs» et d'autres «faciles». Certes, cela provoque un certain niveau initial d'injustice dans la chance du tirage au sort en ce qui concerne qui chaque étudiant obtient pour un instructeur. La doctrine des statistiques fixes oblige les instructeurs sévères à augmenter les notes pour ressembler davantage à d'autres sections, et ainsi de suite (cela réduit les plaintes des étudiants au doyen / département). La contre-injustice qui en résulte est que si beaucoup d'étudiants légitimement forts entrent tous dans la même section à la fois, ils seront effectivement pénalisés ... mais cela devient quelque peu masqué car les données de notes sont maintenant mutilées, et tout ce qu'il vous reste est les plaintes subjectives des étudiants qui sont probablement ignorées. Je sais que j'ai eu plusieurs sections du même cours au cours d'un semestre, enseignées de manière identique, avec des résultats extrêmement variables (40% de réussite dans une section et 80% dans l'autre).

Je pense que la meilleure façon de gérer cela serait d'avoir des tests conjoints qui sont évalués en équipe (c'est-à-dire que le même un ou deux professeurs évaluent chaque problème et vérifient le jugement de chacun). Cependant, cela coûte cher sur le plan logistique et rarement fait par des universitaires titulaires, je pense.

Mon père a eu un déclassement similaire dans une classe d'université, pour des raisons similaires, vers 1966 et il n'a pas encore cessé de s'en plaindre.

Je suis tout à fait d'accord que cela pourrait être un «problème d'échantillonnage».En d'autres termes, prenez 30 étudiants au hasard parmi tous les étudiants en physique pour former une classe.Il y aura une répartition des performances de tous les élèves dans la classe et une autre répartition des performances d'une classe particulière par rapport à toutes les classes.Plus il y a d'élèves dans la classe, plus l'échantillon sera d'accord avec la norme.De plus, toutes les majors de physique pourraient être forcées à une section particulière de deux étant offerte puisqu'elles ont également besoin d'un autre cours programmé en même temps que l'autre section.
J'ai choisi ceci comme réponse car c'est ce qui est le plus logique dans ma situation.Cela a certainement à voir avec la variance de la qualité des instructeurs que je constate dans mon école.Merci pour votre analyse!
"Mon père a eu un déclassement similaire dans une classe d'université, pour des raisons similaires, vers 1966 et il n'a pas encore cessé de s'en plaindre."Ha, ha.Brillant!J'aimerais pouvoir voter pour plus de +1.
#3
+25
TemporalWolf
2018-03-17 03:22:41 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Bien qu'il semble que votre professeur ait initialement noté trop facilement, l'augmentation de la difficulté des devoirs et de la notation sur une courbe est différente.

Si c'est sur une courbe , sur le sujet de l'éthique, je ferais l'argument suivant contre le classement sur une courbe, ce qui peut vous donner un peu de force si vous essayez de changer cette politique:


Le classement sur une courbe change les notes dans un jeu à somme nulle, qui pénalise l’étude de groupe et rend la classe compétitive plutôt que coopérative: mieux vous ferez, moins je serai. Il est maintenant dans mon intérêt de ne pas vous aider (et de nuire activement si je suis si enclin: les évaluations par les pairs étant un candidat de choix), car cela maximisera mon classement sur l'échelle de notation.

Ceci est actif nuit à tous les apprentissages des élèves, car enseigner aux autres est l'un des meilleurs moyens d'apprendre du matériel et cela dissuade les élèves de s'entraider / de s'instruire: ceux qui seraient prêts à enseigner devraient, s'ils travaillent dans leur intérêt supérieur en ce qui concerne le grade, non. Ceux qui ont besoin d'une aide supplémentaire sont alors moins susceptibles de la recevoir.

L'un des articles avec lesquels je suis le plus d'accord sur le Web sur ce sujet est Pourquoi devrions-nous arrêter de noter les élèves sur une courbe qui couvre ce sujet avec plus de profondeur, pour inclure que cette idée de la vie comme un jeu à somme nulle est finalement au détriment de l'élève.

#4
+8
DavePhD
2018-03-16 21:19:54 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Je suis hors circulation depuis un certain temps, mais je peux vous dire par exemple que dans un département de chimie d'une importante université américaine, l'objectif pour tous les examens était de 50%, car cela donnerait une courbe en cloche symétrique Distribution. Ensuite, les notes ont été attribuées en fonction de l'écart type.

Plus les notes sont bien réparties, plus elles sont justes pour les bons élèves.

Cette justification n'a pas de sens;de nombreuses distributions de classement naturel sont asymétriques ou bimodales (en fait, je m'attends à ce dernier).Les personnes et les particules ne suivent pas le même comportement.
@DanielR.Collins Je ne le pense pas littéralement.En fait, je dis simplement que 50% était considéré comme idéal pour répartir les notes.Les étudiants (disons en chimie générale avec une classe de quelques centaines) qui se rapprochaient de la moyenne, que ce soit une note de 40%, 50% ou 60%, obtiendraient quelque chose comme un B-.Les autres notes étaient basées sur l'écart type.
Je suis d'accord avec la dernière phrase mais pas avec les moyens de la mettre en œuvre.Si le problème est que trop d'élèves obtiennent de bonnes notes, rendez l'examen plus difficile.Alors seuls les très bons élèves obtiendront les meilleures notes.
@bon peut-être que je n'explique pas bien.Le 50% n'a été ciblé qu'en fonction de la difficulté / facilité du test.Le classement était très objectif.La notation n'a pas été modifiée pour cibler les 50%.
#5
+1
user541686
2018-03-17 10:05:11 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Ce n'est probablement pas contraire à l'éthique . (Remarque: ne pas déduire que cette réponse signifie que c'est bon . Ou mauvais.)

Au risque de souligner l'évidence que personne Sinon, les notes remplissent deux rôles:

  1. Pour évaluer la maîtrise de la matière par l'élève.

  2. Pour prédire dans quelle mesure l'élève est susceptible d'apprendre et d'appliquer ce matériel à l'avenir.

Cela signifie:

  • Donner à chacun un Un indique que chaque élève a appris ce que l'instructeur essayait d'enseigner, mais n'indique pas du tout si deux élèves de cette classe se comporteront de la même manière s'ils sont confrontés à des problèmes différents (mais liés) à l'avenir.

  • De même, forcer la note la plus basse à un F et la note la plus élevée à un A résout le deuxième problème, mais n'indique pas du tout si les élèves ont effectivement appris la matière qui a été enseignée.

Donc, fondamentalement, ce que nous avons ici est un "problème d'optimisation multi-objectifs", ce qui implique généralement qu'il y a un échange ff et pas de réponse mathématiquement optimale.

(On pourrait penser que nous pourrions donner 2 nombres séparés pour ces 2 choses plutôt qu'un seul nombre, mais le monde réel n'est probablement pas très ouvert à cette idée. )

Cela signifie qu'il est à la discrétion de l'instructeur / du département / de l'école de déterminer comment combiner ces 2 mesures en une seule mesure, et c'est quelque chose que les étudiants doivent fondamentalement accepter . Donc, votre idée d'être "éthique" doit reposer sur plus que simplement vous n'aimez pas où le professeur a trouvé l'équilibre entre ces deux objectifs.

Nous arrivons donc maintenant aux détails de votre situation, qui se résument à ceci quote:

Je perds des points pour des choses que je n'avais pas auparavant, et on me demande une analyse supplémentaire qui n'a jamais été nécessaire.

Si je Comprenez-le correctement, cela signifie l'une des choses suivantes:

  1. Vous avez été marqué pour ne pas avoir effectué d’analyses non requises.

  2. Vous avez effectué des analyses qui n’étaient pas nécessaires et vous avez été marqué pour des erreurs dans celles-ci.

À moins que les analyses ne soient manifestement hors sujet (comme l'analyse des pièces de Shakespeare après avoir résolu vos circuits linéaires, ce que je suppose qu'ils ne l'étaient pas), dans le premier scénario, ce qui a est que vous avez fait un travail moins approfondi et / ou moins correct que vos pairs, et votre professeur a jugé nécessaire que cela se reflète dans votre note. Cela s'est probablement produit soit parce qu'il pense que c'est un indicateur probable que vous n'avez pas compris le matériel aussi (raison n ° 1), soit qu'il s'agit d'un indicateur probable que vous ne seriez pas aussi correct ou aussi approfondi sur ce matériel en le futur (raison n ° 2).

En tout cas, j'espère que vous pouvez voir qu'il n'y a rien de contraire à l'éthique dans ce comportement. C'est clairement une question de jugement, mais cela a été très clairement fait de bonne foi et dans le cadre de sa discrétion et de ses responsabilités en tant qu'instructeur. Vous êtes invités à affirmer qu'il s'agit d'un manque de jugement et à vous plaindre sur cette base, mais je ne vois aucune preuve pour affirmer que cela est contraire à l'éthique .

Je ne peux pas être d’accord.Soit nous croyons que les notes basées sur le mérite prédisent les capacités futures de l'étudiant à appliquer les concepts du cours à des problèmes réels (auquel cas une note basée sur le mérite est suffisante), soit nous croyons le contraire (auquel cas aucun système de notation n'atteint le deuxième objectif.).
@svavil: Je ne comprends pas où vous avez la notion que c'est impossible.Il y a des moments où vous pouvez clairement voir qu'un élève est plus susceptible d'être plus fort qu'un autre à l'avenir, mais ne l'est pas actuellement.(Dites, peut-être que quelqu'un connaissait déjà le matériel avant d'entrer et a obtenu 90% à chaque examen grâce à cela, mais ne montre vraiment aucune indication d'apprentissage. Alors que quelqu'un avait des antécédents insuffisants mais a amélioré son score de 20% à 85%.) Pour moi, il est parfaitement logique de dire que le deuxième étudiant semble plus susceptible de mieux performer à l'avenir, mais ce n'est pas le cas actuellement.
Je ne suis pas non plus.Votre commentaire suggère-t-il de donner à l'étudiant une note de cours basée sur votre évaluation subjective de sa capacité à devenir?Ou, pour une meilleure formulation, en quoi est-ce différent de donner une note subjective?
@svavil: Non, je réponds à votre affirmation selon laquelle "aucun système de notation n'atteint le deuxième objectif".Dans la situation que je viens de vous dire, vous pouvez clairement quantifier les deux en donnant 2 notes au lieu de 1. Vous pouvez le faire subjectivement ou objectivement;c'est hors de propos.Si vous voulez le faire objectivement, un moyen objectif simple serait d'afficher le score et l'amélioration, par ex.premier (90, 0) et second (85, 55).Le premier concerne leurs performances actuelles, le second concerne leurs chances de réussir à l'avenir.
Comment trouvez-vous le deuxième chiffre?Si je comprends bien, cela n'est pas basé sur les performances actuelles des élèves.Si vous vous basez sur le degré d'amélioration de l'élève pendant le cours, les étudiants qui avaient une expérience antérieure sont pénalisés.De plus, je ne pense pas que les étudiants qui connaissaient la matière du cours à l'avance soient moins susceptibles de l'appliquer que les étudiants qui l'ont récemment appris.
@svavil: Je le trouve en dérangeant quand je soustrais 20 de 85.
Ma préoccupation concerne davantage le deuxième chiffre de la paire (90, 0).En fait, vous dites qu'un étudiant qui connaissait 90% du cours avant de commencer * et * a démontré 90% de connaissances à l'examen du cours obtient une note d'échec indiquant son incapacité à appliquer les concepts du cours à l'avenir.Je soutiens que cet étudiant sera meilleur dans ce domaine en raison d'une exposition prolongée aux concepts du cours.
@svavil: Que (90, 0) soit une réussite ou un échec est quelque chose que vous avez décidé, pas moi.
Je ne comprends pas comment «forcer la note la plus basse à un F et la note la plus élevée à un A» aide à «prédire dans quelle mesure l'élève est susceptible d'apprendre et d'appliquer ce matériel à l'avenir».Cela aide à voir lequel des étudiants est meilleur / pire que les autres étudiants (du même cours), mais ce n'est pas la même chose.
@PaŭloEbermann: Cela dépend simplement de la façon dont vous voulez lire la phrase de manière pédante.Cela n'aide certainement pas à montrer quel élève est meilleur, car celui qui regarde les notes peut voir quel élève est actuellement meilleur que lequel, que les notes soient pré-saturées à A-F ou non.Ainsi, l'instructeur a ce degré de liberté pour encoder quelque chose en plus des performances passées ou actuelles.Je suppose qu'il n'a * pas * à l'utiliser pour encoder quoi que ce soit, mais nous pouvons supposer qu'il ferait la chose sensée, qui est de l'utiliser pour encoder les performances futures prévues.
Alors peut-être que vous encodez lequel des étudiants a une performance future meilleure / pire que les autres étudiants du même cours, mais vous ne pouvez pas encoder la performance globale prévue.Par exemple, si le cours réussit mieux à préparer les étudiants à leur avenir (ou si vous obtenez simplement plus de meilleurs étudiants), je m'attendrais à de meilleures notes dans l'ensemble, mais c'est impossible lors de la «notation sur une courbe».
@PaŭloEbermann: En effet, c'est exactement ce que j'ai dit: quand j'ai dit * "le deuxième problème" * je faisais référence à la deuxième partie de la puce précédente: * "... mais n'indique pas du tout si deux étudiants de celala classe fonctionnera de la même manière si elle est confrontée à des problèmes différents (mais liés) à l'avenir. "*
#6
+1
Alastair
2018-03-19 19:05:04 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Je ne peux pas dire si cela est courant ou non, mais je peux dire que dans ma première année à l'université, une «réussite» en physique dépendait d'un examen (4 heures) à la fin de l'année. On nous a dit avant l'examen qu'indépendamment des notes, seulement 50% des étudiants recevraient une `` réussite '' .C'était il y a longtemps, mais avec un faible souvenir, je pense que pour mon année, vous deviez obtenir au moins 75% de la bonne à gratter.

Juste? Non. Le système a été mis en place uniquement pour n'admettre qu'un maximum d'étudiants en deuxième année.

#7
-1
Kate Gregory
2018-03-18 21:06:08 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Permettez-moi de prendre la situation possible dans laquelle vous vous trouvez à l'extrême. Imaginez que votre AT ait une rubrique de notation qui consistait en «5 points sur 10 pour mettre votre nom et numéro de devoir sur la page 1, et 1 point pour chaque page soumise». 5 pages, bon format: 10/10. Non seulement vous obtiendrez 100% sur chaque laboratoire, tout comme le reste de la classe, à l'exception de quelques-uns qui n'ont soumis que des rapports de 4 pages. Le département n'aurait pas l'impression que votre AT et votre professeur faisaient du bon travail en vous préparant pour les cours futurs ou pour le travail, ou en évaluant vos compétences, si c'était la véritable rubrique de notation. De plus, il est assez facile de soutenir que cette rubrique imaginaire est contraire à l'éthique.

Donc, dans un département où quelqu'un fait cela, il n'est pas contraire à l'éthique de leur dire "vous avez suffisamment d'élèves dans votre classe pour que vos distributions doivent correspondre à tel ou tel modèle, et votre moyenne doit être X . " Bien qu'il soit possible que des moyennes beaucoup plus élevées ou plus basses dans une classe soient causées par l'obtention d'un cours beaucoup plus intelligent ou par le fait que le prof soit un instructeur incroyable, il est beaucoup plus probable que cela soit dû à une notation facile. Le marquage facile est amusant pendant qu'il se produit. Tout le monde aime obtenir 100%. Même lorsque vous faites des erreurs (omettez ou faites des choses mal, vous n'êtes pas clair), vous aimez quand même obtenir 100%. Là où ce n'est pas si amusant, c'est l'année prochaine, lorsque vous obtenez un marqueur difficile. Ou lorsque vous réalisez que vous ne savez pas vraiment comment faire certaines choses que tout le monde suppose que vous avez appris à faire dans ce cours.

Avoir des quotas est un moyen pour les départements d'essayer de limiter les deux marqueurs faciles (qui vous aimez, mais vous traitez en fait de manière contraire à l'éthique parce qu'ils ne vous apprennent pas tout ce que vous devez apprendre) et des marqueurs difficiles (qui écrasent votre esprit avec leurs attentes délicates et déloyales.) pour obtenir 100% sur tout. Et les notes ne sont pas attribuées pour être juste et reconnaître le temps que vous avez passé.



Ce Q&R a été automatiquement traduit de la langue anglaise.Le contenu original est disponible sur stackexchange, que nous remercions pour la licence cc by-sa 3.0 sous laquelle il est distribué.
Loading...