Question:
L'équipe de production d'Elsevier a gâché mon papier. Que devrais-je faire?
Troy Woo
2016-12-15 06:54:19 UTC
view on stackexchange narkive permalink

J'ai un article accepté par une revue d'Elsevier, et il a été en production pendant 3 mois. Pourtant, l'équipe de production n'a pas été en mesure de résoudre certains problèmes de composition apparus lors de la relecture. Après le premier mois, j'ai reçu la notification de relecture. La première production de mon article était vraiment mauvaise: beaucoup d'erreurs dans les équations, les symboles, les figures et les tableaux. J'ai donc préparé et soumis une longue liste de demandes de correction, avec autant d'informations que possible.

Quelques jours plus tard, j'ai reçu un étrange e-mail du responsable de la revue (qui serait affilié à Elsevier Global Journals Production), me disant que l'équipe de production doit ignorer ma demande car cela pourrait causer eux trop de problèmes. J'ai donné une explication complète à ce responsable sur les problèmes de production et la demande doit être traitée. En fin de compte, le responsable a accepté de faire les corrections.

Deux ou trois semaines plus tard, mon article est allé directement en ligne (accès anticipé), avec tous les problèmes de composition non résolus, et a même eu de nouveaux problèmes supplémentaires. J'étais très inquiet car mon papier DOI a déjà pris effet. Je n'ai jamais entendu parler d'un article déjà mis en ligne (pour téléchargement public) pouvant être corrigé à nouveau. Le directeur de la revue s'est excusé auprès de moi, disant que l'équipe de production était occupée avec d'autres articles, mais ils régleront les problèmes et me répondront avec une autre relecture. Deux mois se sont écoulés et je n'ai pas encore reçu ma deuxième relecture.

Je crains que l'équipe de production n'essaie simplement d'éviter la relecture en reportant intentionnellement, dans une tentative d'atteindre un point où il devient officiellement impossible d'apporter des modifications. En fait, la date de publication officielle de mon article approche, et l'équipe de production prévoit probablement déjà d'avoir un Noël tôt.

Question

Que dois-je faire pour changer le résultat?


NOTE 1: Et NON, ce n'est pas une question d'esthétique.

REMARQUE 2: Je n'essaye pas d'être un PITA. Étant donné que j'ai beaucoup contribué à Elsevier en étant un critique fréquent et responsable et que j'ai reçu une très mauvaise production de mon article, je suis tout simplement très déçu.

Ce qui suit est une démonstration du type de travail que je reçois sur mon propre papier. Une équation modifiée est fabriquée pour refléter avec précision une situation réelle.

Équation d'origine: enter image description here

Production: enter image description here


Remarques finales

Je tiens à remercier toutes les personnes qui m'ont offert de précieuses suggestions. En fait, après avoir posté cette question ici hier, j'ai reçu un e-mail de notification, que j'attendais, pour relecture aujourd'hui. Il reste encore de nombreux problèmes non résolus, mais au moins c'est un bon début. Je voudrais penser que mon message a aidé d'une manière ou d'une autre à améliorer la situation.

Mon OP et mes commentaires ont peut-être causé une certaine confusion et probablement même de l'insatisfaction, comme mes messages le font habituellement. C'est probablement parce que: je n'ai pas passé des heures à écrire tous les détails sur toute la situation; Je ne suis pas un utilisateur natif de la langue anglaise. Mais peut-être surtout, parce que j'étais un peu en colère et que cela pouvait être contagieux. Par conséquent, mes excuses. D'un autre côté, il n'est vraiment pas nécessaire que certains des répondants me traitent de diatribe. C'est un langage blessant. Je comprends que vous êtes des experts sur ce sujet et bien d'autres forums et que vous avez hâte de montrer aux gens votre expertise. Cependant, vous n'avez vraiment pas aidé et vous avez perdu votre temps. Faites-vous plaisir et laissez-moi tranquille.

À propos de mon attitude envers Elsevier, je ne dis pas Elsevier ceci et cela. C'est probablement l'un des éditeurs les plus anciens et probablement le plus grand contributeur à la diffusion des connaissances (sa politique de prix étant une autre affaire). Je dis ce que c'est: ils ont foiré mon papier et la première chose que leur équipe de production a faite a été de me persuader de renoncer à essayer d'apporter des corrections. J'ai travaillé avec presque tous les grands éditeurs et je n'ai jamais rencontré une telle situation. Pour Elsevier d'un contributeur, vous devriez embaucher plus de personnes pour votre équipe de production, et je ne sais pas, les payer plus?


Leçons apprises:

  1. Ne vous attendez pas à ce que l'équipe de production d'Elsevier examine votre fichier TeX, par exemple en remarquant la largeur / hauteur spécifiée des chiffres. Vous devez leur fournir un package source infaillible. En particulier, définissez la taille BB sur la taille réelle de la figure dans le papier (ghostscript pourrait faire le travail).

  2. L'équipe de production d'Elsevier n'aime pas les ombrages des cellules de tableau, même pas ombrages cosmétiques (cela devrait probablement être indiqué dans les instructions).

  3. L'équipe d'Elsevier n'est pas très bonne avec les polices mathématiques. On devrait probablement écrire une instruction des symboles utilisés dans son article.


Mettre à jour

Le Le directeur m'a de nouveau répondu, beaucoup plus rapidement cette fois, avec une mise à jour. Et ils ont fait l'ombrage des cellules pour moi cette fois. Juste pour que vous sachiez qu'ils ne considéraient pas l'ombrage des cellules comme «violant définitivement» les normes. Non pas que j'encourage les gens à utiliser l'ombrage cellulaire.

Mise à jour en 2018

J'ai eu la chance de travailler à nouveau avec le même journal cette année. Je dois dire que la situation avec l'équipe de production s'est améliorée de façon spectaculaire! Ils répondent beaucoup plus rapidement et la relecture est beaucoup plus professionnelle (les logiciels qu'ils utilisent semblent également s'être améliorés). Un grand merci à eux (même si je ne pourrais pas et ne devrais probablement pas nommer le journal) et Elsevier pour l'excellent service qu'ils fournissent maintenant.

Ce résultat est rendu possible, probablement aussi grâce aux vastes mesures que j'ai prises pour pré-traiter toutes les figures, que j'aimerais partager ici:

Comme la plupart des gens le savent, la transparence est généralement aplatie avant la production finale. Cependant, remettre des chiffres transparents directement aux éditeurs entraînera généralement des résultats imprévus, en raison de l'incompatibilité du logiciel. Ma suggestion serait de réduire manuellement vos figures à seulement deux couches, l'une avec tous les graphiques vectoriels, l'autre en dessous contenant une version pixellisée de tous les objets transparents (ainsi que d'autres contenus raster). Il est également suggéré de simplifier les graphiques vectoriels pour une taille de fichier plus petite et une génération à l'écran plus rapide. Cela pourrait aussi aider à souligner cela à l'équipe de production.

Il me semble que le dimensionnement des figures comme dans \ includeegraphics [width = ..., height =] {figure} est malheureusement parfois ignoré en production. Par conséquent, il est suggéré de compiler toutes ses figures séparément, en utilisant \ documentclass [multi = nom de l'environnement < pour démarrer une nouvelle page>, aperçu] {autonome} afin que les figures soient correctement redimensionnées avant d'être réinsérées dans le papier en utilisant \ includeegraphics {figure}, c'est-à-dire sans spécification de taille.

J'espère que cela vous aidera.

Existe-t-il un analogue d'arXiv pour votre sujet? Ce ne serait pas la première fois qu'une version corrigée d'un article publié est postée sur l'arXiv ...
L'équipe de production ne se soucie pas de savoir si vous leur faites plaisir ou non (ce sont probablement des sous-traitants travaillant en Inde, pour une rémunération ridicule et totalement indépendante de vos commentaires). Ce que vous gagnez, c'est que les lecteurs peuvent lire votre article sous la forme que vous vouliez qu'il soit lu, et l'inutilité d'Elsevier est une fois de plus révélée aux yeux de tous. Je ne sais pas si Elsevier finira par apprendre, mais au moins la communauté scientifique aura un travail un peu plus facile à les envoyer s'ils ne le font pas.
Cela ne résoudra malheureusement pas votre problème immédiat, mais si vous n'êtes pas satisfait de la façon dont Elsevier a traité votre travail (que vous leur avez probablement donné gratuitement), je vous encourage à rejoindre le boycott en cours: http://thecostofknowledge.com
L'auteur travaille gratuitement, l'équipe de production est un groupe de sous-traitants sous-payés,… Mais où vont les [frais d'abonnement à la revue] (http://academia.stackexchange.com/q/29923/452)?
Aux actionnaires bien sûr.
S'agit-il de problèmes purement * de composition *, comme ne pas mettre les variables en italique, mélanger serif et sans-serif, etc.? Ou est-ce quelque chose qui * change le sens * de ce que vous avez écrit, comme laisser des signes moins, ne pas mettre l'exposant dans un exposant, des variables manquantes, etc.?
* Je n'ai jamais entendu parler d'un article qui est déjà mis en ligne (pour un téléchargement public) peut être corrigé à nouveau. * Elsevier a commencé à mettre en ligne des versions non éditées d'articles acceptés comme "accès très précoce": voir par exemple http://www.clinph-journal.com/inpress, ou sur https://www.elsevier.com/journals/the-journal-of-allergy-and-clinical-immunology/0091-6749/guide-for- auteurs: * Cette revue rend les articles disponibles en ligne dès que possible après acceptation. [...] Le PDF de l'article comporte également une clause de non-responsabilité indiquant qu'il s'agit d'un article non édité. Les étapes de production suivantes remplaceront simplement cette version. *
(suite) C'est une bonne chose à mon avis, car si vous êtes l'un des premiers chercheurs à postuler pour un poste, vous avez besoin de publications, et vous voulez donc que vos nouveaux articles soient marqués comme «acceptés» et publiés en ligne dès que possible.
@TroyWoo Ce n'est toujours pas très clair pour moi si vous parlez uniquement de problèmes de formatage, ou s'ils ont en fait corrompu le sens de l'article. Voir les commentaires sur ma réponse.
L'erreur de composition la plus drôle que j'aie jamais vue était sur le papier d'un ami: p en italique (comme dans p <0,05) avait été remplacé par des notes de musique (comme dans «Les différences étaient significatives à ♪ <0,05»). Je suis raisonnablement certain que les compositeurs lisent à peine le texte et ne sont certainement pas des experts en la matière. En outre, cela peut aider si vous expliquez * pourquoi * ils doivent corriger les choses comme dans "Veuillez conserver l'ombrage dans le tableau N, car cela indique la différence entre les différents types d'objets"
Essentiellement ce que disent déjà les réponses. Envoyez un e-mail au rédacteur en chef et dites-lui à quel point vous n'êtes pas satisfait des valeurs de production de votre article. Je ne peux pas imaginer * quiconque * en désaccord si c'est aussi mauvais que l'exemple que vous venez d'ajouter. Pour des choses comme l'ombrage des cellules d'un tableau, il peut être utile d'expliquer pourquoi c'est important. Dans l'ensemble, restez calme et poli, mais insistant de manière ennuyeuse lorsque vous en avez besoin. Vous pourriez penser à des alternatives raisonnables dans la mesure du possible (par exemple, un astérisque ou un poignard dans la cellule, au lieu d'un ombrage), mais je ne voudrais pas reformater votre équation.
Je comprends beaucoup votre situation, mais je ne suis pas d'accord avec la «leçon apprise». Ce n'est pas votre travail de lui tenir la main et de veiller à ce qu'il fasse correctement son travail. Vous êtes un professionnel scientifique, votre temps est précieux et il doit être traité comme tel. Il y a des éditeurs qui font leur travail avec une politesse et une compétence extraordinaires. Veuillez envisager de vous y soumettre la prochaine fois.
Beaucoup de commentaires. Mais juste pour ajouter qu'il m'est arrivé que la version en ligne avancée soit la version non corrigée. Ceci est généralement corrigé lorsque la composition est terminée et que la version finale est disponible.
Ah non, il faut bien sûr les avertir :) Je faisais référence à votre part que la version en ligne était "erronée". Je pense que c'est parfois normal, alors qu'ils sont encore en production de notre article.
Soit dit en passant, j'ai eu plusieurs problèmes avec la production de papier Springer, mais j'étais plutôt satisfait de la manière dont Elsevier traitait mon papier. C'est juste pour dire que je ne pense pas qu'il faille nécessairement penser qu'Elsevier est pire que d'autres éditeurs de cette expérience (certes, je suis moins enclin à soumettre des articles à Springer maintenant).
N'êtes-vous pas autorisé à soumettre des figures sous forme d'images? Autrement dit, les chiffres sont-ils au format jpeg ou similaire qui ne sont pas modifiables?
Si vous voulez vous assurer que cette pratique s'arrête, indiquez clairement à l'éditeur que sur la base de cet incident, vous arrêterez de les soumettre et de les examiner. Vous les payez (avec les droits d'auteur de votre papier, qu'ils peuvent monétiser et monétisent) pour faire ce travail, mais ils n'ont aucune incitation à changer (et beaucoup d'incitations à le garder bon marché) à moins que vous n'en fournissiez.
@AE Est-ce correct s'il s'agit d'une leçon avec 3 sous-leçons?
De quel journal s'agit-il? Il n'y a personne à protéger car ce n'est pas la faute du ou des éditeurs, mais de l'éditeur pour avoir employé des compositeurs incompétents.
@DavidRoberts Maintenant que le problème est entièrement résolu, je suis très heureux et je ne pense pas qu'il soit nécessaire de perdre le travail de qui que ce soit. Mais, oui, à un moment donné, j'ai écrit un e-mail au manager lui disant de renvoyer son équipe et de m'engager à la place. c'était évidemment une moitié blague / moitié plainte. Mais je n'ai jamais envoyé l'e-mail.
@Troy Je ne pense pas que quiconque perdrait son travail, mais d'autres auteurs aimeraient peut-être savoir s'il y a une possibilité de désastre de la révision.
@DavidRoberts Je vous assure que c'est un journal d'ingénierie et qu'il n'a rien à voir avec les mathématiques pures.
Cinq réponses:
#1
+71
Brian Borchers
2016-12-15 07:16:37 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Vous pouvez essayer de contacter le rédacteur en chef du journal pour voir s’il pourrait résoudre le problème. Cela a fonctionné pour moi lorsque j'ai eu des problèmes similaires avec un article l'année dernière.

+1. En lisant le PO, j'ai supposé (pour une raison quelconque) que l'EiC avait déjà été contacté. S'il ne l'a pas fait, c'est une très bonne étape.
En effet, vous * devriez * contacter l'éditeur de la revue. C'est aussi leur réputation en jeu.
Je suis d'accord avec cette suggestion, surtout parce que les gens de la production (ou du moins leur chef) doivent probablement traiter avec cet éditeur de façon continue, alors qu'ils pourraient ne jamais vous revoir.
Merci pour votre réponse. Comme vous l'avez deviné, je n'ai pas encore contacté l'EiC, car je suivais une logique selon laquelle cela n'a rien à voir avec l'EiC. Mais j'ai changé d'avis.
J'ai eu une expérience similaire (avec Springer cependant), sauf que je n'ai pu remarquer les problèmes qu'en regardant l'article publié. Contacter l'EiC a été utile, mon article a été entièrement republié avec les erreurs corrigées (il est considéré comme un erratum cependant, ce qui semble me rejeter la faute et me dérange un peu, mais à ce stade, c'était probablement inévitable).
#2
+30
Szabolcs
2016-12-15 15:42:09 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Sur la base de vos commentaires, les problèmes de composition ne sont pas seulement une question de mise en forme moche , mais ils modifient en fait la signification de l'article (et augmentent considérablement les chances mal lu).

Cela n'est pas expliqué clairement dans votre question.

L'avez-vous expliqué clairement au responsable de la revue?

Il pourrait penser que vous êtes un perfectionniste qui est PITA parce que vous voulez que tout soit parfait . S'il le pense, il aurait toujours tort, mais le principal problème ici est de comment le convaincre de corriger les problèmes immédiatement .

Ne dites pas: "La composition est tout faux! ", comme vous l'avez fait ici. La composition n'est pas la première priorité.

Au lieu de cela, communiquez clairement que "Les erreurs introduites lors de la relecture changent le sens de l'article. Les déclarations modifiées dans la preuve sont manifestement incorrectes et ne correspondent pas à mon manuscrit."

Si vous n'arrivez nulle part avec le gestionnaire de journal, parlez-en à l'éditeur. Insistez sur le fait qu'il ne s'agit pas seulement de formatage, mais que la signification de l'article a été corrompue.

Malheureusement, j'ai moi-même été témoin de tels problèmes: celui qui compose les formules n'avait aucune compréhension des mathématiques de base et de la composition mathématique. Non seulement ils ont rompu toutes les conventions de composition mathématique, rendant les formules difficiles à lire, mais ils ont en fait changé la signification des formules .

En fait, dans les commentaires, il semble qu'OP soit simplement mécontent des cosmétiques du document final.
@CapeCode Sa réponse à ma question n'était pas très claire, mais il a dit: "Ils ... ont des glyphes différents ... ils ne savent pas comment faire un tableau avec des ombres de cellules (* pas à des fins esthétiques *, mais pour mettre en évidence certaines entrées). ". La plupart des commentaires ressemblent à une diatribe et ne répondent pas directement à ma question, vous avez donc peut-être raison: il est possible que j'ai mal interprété sa réponse. S'il communiquait avec la revue de la même manière qu'ici, il est tout à fait possible que le responsable de la revue n'ait pas compris pourquoi il est essentiel de régler les problèmes ...
Je suis d'accord, il n'est pas clair s'il s'agit principalement de cosmétiques. En outre, on peut affirmer que si de simples différences de mise en forme ou certaines ombrages influencent considérablement le sens, peut-être que la présentation de l'article n'était pas la meilleure. Bien sûr, si les équations ont été modifiées, etc. c'est un problème, mais si "a" écrit avec 3 polices sans empattement différentes représente 3 variables entièrement différentes dans le manuscrit, il y a peut-être aussi une leçon à apprendre pour l'auteur du manuscrit.
@Greg J'ai vu des erreurs de composition de formules que vous ne croiriez pas. $ \ bar x $, $ \ mathbf {x} $ et $ x $ sont tous clairement différents de quelqu'un qui utilise les mathématiques. Il n'est pas du tout inhabituel d'utiliser ces variations même dans la même formule. Pourtant, j'ai vu le compositeur laisser au hasard les crochets angulaires, les barres transversales et ne prêter aucune attention aux italiques et romains gras (qui est couramment utilisé pour distinguer par exemple les vecteurs des scalaires dans certains domaines).
@Szabolcs Je ne dis pas que cela n'arrive pas ou que le PO a été imprudent. Il est un peu difficile de juger de ce qui s'est passé exactement, de toute façon. Je viens de souligner que les écrivains eux-mêmes peuvent faire beaucoup pour rendre leur argument "robuste" et toujours lisible même si certains ombrages obscurs ne sont pas exactement bien faits.
Étant donné que les éditeurs justifient une bonne partie de leur prix par le coût de la composition des articles, je m'attendrais à ce qu'au moins leur composition ne rende pas le papier pire que ce que l'auteur soumet, et ce n'est pas un PITA (quoi jamais cela signifie).
@Benoît Que ce vote négatif vienne ou non de vous: je ne pense pas que vous ayez compris mon point. Je ne disais pas si le PO ou le directeur de la revue avaient raison ou tort dans leur attitude. J'essayais d'aider le PO à convaincre plus efficacement le directeur de la revue. Êtes-vous en désaccord avec l'approche que j'ai suggérée?
@Szabolcs: ok, vous avez un bon point. Je suppose que je suis en fait contrarié par le fait que nous devons adopter votre approche (sur laquelle vous avez probablement raison), pas votre réponse.
#3
+14
a3nm
2016-12-16 05:38:41 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Indépendamment du fait que vous puissiez demander à Elsevier de résoudre les problèmes qu'ils ont introduits, ma recommandation serait de prendre votre propre version du document (celle que vous avez produite vous-même, sans les erreurs supplémentaires) et de déposer cette version sur un site référentiel, par exemple arXiv. (En fonction de la revue, il est probablement possible de le faire en respectant l'accord de transfert de droits d'auteur que vous avez peut-être signé.) Si vous utilisez arXiv, c'est probablement une bonne idée de remplir le champ DOI (pour garder le lien avec Elsevier version), et indiquez dans le champ des commentaires, par exemple, que la version déposée est exempte d'erreurs introduites par l'éditeur.

De cette façon, si Elsevier ne résout pas les problèmes dans leur version, au moins vous pouvez orientez vos lecteurs vers la version arXiv. Et même si Elsevier les corrige, vous obtenez l'avantage supplémentaire que les lecteurs qui ne sont pas abonnés aux revues Elsevier peuvent lire et citer votre travail. :)

@TroyWoo: https://www.elsevier.com/about/company-information/policies/sharing indique que le "manuscrit accepté" (c'est-à-dire, votre version de l'article, intégrant les commentaires de l'évaluation par les pairs, mais sans les modifications ajoutées par l'éditeur comme les erreurs que vous signalez) peuvent être partagées immédiatement (pas d'embargo) sur arXiv (et de différentes manières également), sous certaines conditions réalistes (en particulier, licence CC-BY-NC-ND).
@TroyWoo C'est une bonne idée bien sûr, mais pourquoi ne pas le faire aussi maintenant, pour l'article que vous avez mentionné dans votre question? :-)
#4
+6
StrongBad
2016-12-15 21:37:16 UTC
view on stackexchange narkive permalink

D'après vos commentaires:

C'est un euphémisme quand je parle de problèmes de composition. Ils ne comprennent pas que les alphabets ont des glyphes différents, et que la taille de la figure dans le papier n'est pas la même que les tailles BB (j'utilisais LaTeX), et ils ne savent pas comment créer un tableau avec des ombres de cellules (pas pour des raisons cosmétiques but, mais pour mettre en évidence certaines entrées). Ils ne savent pas comment composer correctement une équation multiligne.

Elsevier fournit un très bon support pour les utilisateurs de LaTeX. La classe elsarticle est assez sympa et ils ont une bonne documentation. Bien qu'ils autorisent n'importe quel package dans TeXLive et les macros utilisateur personnalisées, leurs instructions disent:

  • Utilisez la mise en page standard ou réduisez au minimum les modifications de mise en page . (La mise en page personnalisée sera supprimée.)

  • Restez simple. (Les constructions avancées avec par exemple TikZ ou pstricks seront rendues sous forme d'images.)

En regardant ce qui semble être vos problèmes

Ils ne comprennent pas que les alphabets ont des glyphes différents

Les polices en LaTeX sont pénibles. Toutes les "polices" ne fournissent pas tous les glyphes dans chaque police. Si vous utilisez une police comme Computer Modern ou Latin Modern, nous espérons que tout va bien. Au fur et à mesure que vous faites des choses plus avancées (et que changer la police est "plus avancé"), vous enfreignez l'instruction restez simple . Dans l'idéal, n'utilisez que des polices / glyphes que vous avez vu dans d'autres articles de ce journal ou qui sont explicitement mentionnés dans les instructions de l'auteur. Si le journal l'a déjà fait, dites / montrez l'exemple à l'éditeur. Si c'est quelque chose que vous n'avez pas vu auparavant, dites à l'éditeur quelque chose du genre , il semble que dans votre système ces deux glyphes [dites-leur les glyphes] ne semblent pas si différents, que pouvons-nous faire pour faciliter les choses le lecteur .

la taille de la figure dans le papier n'est pas la même que les tailles BB

Les instructions sont claires sur la largeur des colonnes dans la mise en page du journal. Les boîtes englobantes sont une vraie douleur et tous les programmes ne produisent pas d'images avec des boîtes englobantes raisonnables. Idéalement, votre cadre de délimitation doit être serré au contenu de la figure et exactement de la même taille que la largeur de la colonne. Si votre boîte englobante n'est pas de la même taille que la largeur de la colonne et / ou est serrée par rapport au contenu de la figure, l'éditeur / compositeur doit faire un choix. Encore une fois, expliquer poliment pourquoi l'image doit avoir exactement la taille souhaitée (bien que je ne sache pas pourquoi cela serait vrai), ce serait utile.

ils ne savent pas comment faire un tableau avec des ombrages de cellules (pas à des fins esthétiques, mais pour mettre en évidence certaines entrées).

Les cellules ombrées dans les tableaux enfreignent définitivement l'instruction Keep it simple . La plupart des guides de style que j'ai vus utilisent des notes de bas de page dans les cellules pour les mettre en évidence. Cela modifie évidemment le contenu de l'article. Vous devez vous assurer que les éléments de votre tableau correspondent à ce que vous avez vu dans d'autres articles de la revue.

Ils ne savent pas comment composer correctement une équation multiligne.

Ils ont quelques règles, mais casser des équations est difficile. Puisque vous connaissez la largeur de la colonne, vous pouvez / devriez insérer les sauts de ligne manuellement.

On pourrait s'attendre à ce qu'un éditeur bien établi facture * beaucoup * les articles composés que la composition soit gérée de manière professionnelle, ce qui inclut ** ne pas ** laisser le fardeau de se conformer au style de revue sur l'auteur, et * lui demander * en la preuve galère de tout choix qu'ils ont dû faire si ce choix est conforme au sens voulu. Je ne comprends pas qu'on trouverait raisonnable que l'auteur passe des heures à s'assurer que rien de mal n'arrive à son article: à quoi sert alors l'argent de l'abonnement?
#5
+5
Cape Code
2016-12-15 16:10:15 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Le processus de composition typique, du moins d'après mon expérience avec les revues Elsevier, est que l'article entier sera retapé à partir de zéro. Les grands éditeurs utilisent généralement des logiciels de composition commerciaux (c'est-à-dire pas LateX) qui conviennent mieux à la publication à grande échelle et correspondent à toutes les autres étapes du processus de production.

Vous avez peut-être des opinions bien arrêtées sur les cosmétiques de votre article, mais en soumettant votre travail à une revue, vous devez accepter qu'ils ont leurs propres normes de conception et de composition.

En cas d'erreur affecter efficacement le sens, puis contacter l'éditeur est la meilleure solution. L'équipe de production n'a pas les connaissances scientifiques nécessaires pour comprendre ce que vous avez écrit.

+1 pour avoir souligné que la composition est en fait créée par le journal, pas seulement copié textuellement, et ils doivent également obliger les normes locales (journal) qui peuvent être différentes du goût des OP.
"Les grands éditeurs utilisent généralement des logiciels de composition commerciaux (c'est-à-dire pas LateX)" - il est intéressant de noter que les commentaires sur [cette réponse] (http://tex.stackexchange.com/a/99135/6302) suggèrent qu'Elsevier utilise effectivement LaTeX en interne au moins pour certaines de ses publications.
Notez que vous pouvez prendre Latex, modifier une seule ligne dans son code source et déclarer le résultat comme un «logiciel de composition commerciale» de source fermée. La seule exigence légale est que vous ne l'étiquiez * pas * comme Latex.
"Le processus de composition typique, du moins d'après mon expérience avec les revues Elsevier, est que l'article entier sera retapé à partir de zéro." C'est une grande partie du problème. Dans le cas des articles de mathématiques, c'est un gaspillage d'argent colossal qui ne fait rien pour améliorer le résultat final.
En outre, les polices de caractères comptent * beaucoup * en mathématiques. Vous pouvez faire apparaître la même lettre dans le même papier dans 6 polices de caractères différentes, chacune ayant une signification distincte qui n'est pas remplaçable par les autres. Si les compositeurs ne parviennent pas à le reconnaître, ils ne font pas leur travail. (Je suis moins enclin à stocker des informations sémantiques sous forme d'ombrage dans les tableaux; de mauvaises imprimantes peuvent les rendre complètement illisibles.)
@FedericoPoloni donc? Personne n'achèterait ça.
@CapeCode Je voulais suggérer que le "système de composition commerciale" d'Elsevier pourrait tout aussi bien être une version légèrement personnalisée de Latex, pour ce que nous savons.
"En soumettant votre travail à une revue, vous devez accepter qu'ils ont leurs propres normes de conception et de composition" Mais on s'attendrait à ce que ces normes soient au moins quelque peu professionnelles, et ne dégradent pas le papier.


Ce Q&R a été automatiquement traduit de la langue anglaise.Le contenu original est disponible sur stackexchange, que nous remercions pour la licence cc by-sa 3.0 sous laquelle il est distribué.
Loading...